« Si vous deviez fuir votre maison, qu’emporteriez-vous ? » La campagne UNHCR #WithRefugees

Dans le cadre de sa campagne et sa pétition #WithRefugees qui court jusqu’au 18 septembre 2016, veille du grand sommet de l’ONU sur les réfugiés et les migrants , l’UNHCR a conçu plusieurs supports audiovisuels et notamment une vidéo intitulée : « Si vous deviez fuir votre maison, qu’emporteriez-vous  ? » alternant images de conflits, de bombes et de destruction, de fuites, de camps, portraits de réfugiés et listes d’objets, lues (d’ailleurs très bien) à la manière d’une liste de noms par différentes personnes célèbres.

fuir6

Cliquer sur l’image pour accéder au site de l’UNHCR

Bref passage en revue de quelques éléments avant une analyse plus approfondie.

fuir3

Accès au compte FB et à la vidéo

Le pouvoir dramatique de la litanie et de l’énumération sont accentués par sur le ton sobre, les vêtements noirs, le cadre dépouillé, le concert ininterrompu de voix, l’alternance des images en noir et blanc et couleur. Derrière les récitants, nouveau chœur des Parques mesurant les destins, un écran projetant des images de camps ou de villes détruites. L’écran et les images projetées disparaît parfois ou n’apparaît que par bouts. Les images se succèdent, diverses, doublant la lecture et l’orientant: les  voix demeurent en permanence, anglaises et sous titrées, rythme continu et quelques pauses soulignant des parenthèses plus longues. La réitération est fréquente, soulignant l’importance de certains objets symboles, par exemple : « Clefs de maison, clefs de maison, clefs de maison. »

fuir-4

 

Régimes et usages distincts d’objets se superposent ou se répètent : objets de première nécessité, objets utiles ou jugés tels, échangeables, nourriture mais aussi objets traditionnels, objets-signes identitaires, objets de foi, objets-mémoire.

Et en arrière-plan, la mer comme horizon symbolique, omniprésent, de passage et de mort.

fuir8

L’utilisation de visages de réfugiés s’avère plus ambiguë, plus commune également des représentations humanitaires et des campagnes de levée de fonds – petite fille africaine avec un cahier d’écolière (éducation), dessin d’enfant – évoquant un jouet oublié (enfance) -, machine à coudre dans un petit magasin (autonomie), vieil homme fier de son bol dans les camps de réfugiés (dignité), malades et handicapés… d’autres figures bénéficiaires de l’aide humanitaire encore. Le  bol, comme tous les objets,  prend une valeur spécifique liée à sa relation avec un individu et/ou avec une fonction biologique vitale. Le corps et l’objet s’entremêlent, s’exposent sur le même plan.

fuir9

De fait, plus neuf, moins prégnant dans des esprits saturés par des campagnes d’appels aux fonds ou aux pétitions, l’objet – ou plus exactement sa représentation- , semble acquérir une vertu nouvelle, une forme d’innocence dépassant toutes questions d’altérité et de différence pour faire appel à un monde matériel et consommable commun – c’est à dire partageable. La relation de l’homme à l’objet (besoins, usages, affects) remplace celle à l’humain – l’objet se substitue à l’être, et vaut pour lui.

On remarque cependant une différence dans la représentation des objets : les images d’objets présentés  seuls sont généralement celles d’objets d’identité ou de soin (sacs, couches, biberons, médicaments…), les objets tenus dans les mains ou présentés avec les personnes,  connotent le lien et la survie, à l’exemple du smartphone, objet-miroir qui permet une double mise en abyme.

fuir10furi7

 

Court – 5’26 mn- d’ un format normal une vidéo facebook,  le film rencontre l’intérêt si l’on en croit le nombre de vues et de partages sur FB (version française) et de vues générales (13 K). Il est perçu comme émouvant ou poignant. On ne sait rien pourtant, des choix d’objets, du cadre des enquêtes et autres collectes de données, des regroupements par catégories, de l’organisation de l’énumération et de la lecture,

Autant d’éléments qui appellent à une analyse des objets-sujets et, inversement, des sujets-objets. La place des objets interroge, en effet, une transformation des représentations majeure, aux échelles sociales, juridiques, épistémologiques, médiatiques, humanitaires, citoyennes, collectives et individuelles, culturelles… une liste elle aussi non close.

PS. Hasard de l’actualité : ce matin, les sacs de couchages et affaires personnelles des exilés restés à Stalingrad (Paris) après l’évacuation d’hier ont été ramassées par les forces de l’ordre et la voirie. Double régime médiatique qui donne à voir et ôte à conserver – L’objet est signe, à la fois trace d’une présence au monde et état dans lequel il est tenu. 

Alexandra Galitzine-Loumpet

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *