La migration au féminin : les vêtements des femmes migrantes / Monique Selim & Wenjing Guo

La migration au féminin : les vêtements des femmes migrantes.

Objet d’étude 2

Monique Selim &  Wenjing Guo – CESSMA (Paris Diderot/IRD/INALCO)

Les hommes migrants paraissent dans les médias avoir pour principal souci de se fondre dans la masse des hommes des sociétés qu’ils traversent et de celles où ils s’installent ; leurs vêtements  ont donc une allure d’universalité sans référence culturelle spécifique : chemise, tee-shirt, jean, parka, survêtement, bonnet, sac à dos, capuches etc. La culture est restée d’une certaine manière chez eux, abandonnée dans le trajet périlleux de la migration.

Il en va tout autrement pour les femmes, porteuses de leur culture d’origine, de la fonction maternelle telle qu’elle est pensée dans leur pays, de leur appartenance religieuse, en un mot véhiculant pour les hommes la singularité que ceux ci entendent voir disparaître dans leur nouvelle position .Les enfants s’ajoutent à ce « portage ».

Dans ce projet on étudiera donc les vêtements des femmes, ainsi que leurs coiffes (avec ou sans référence religieuse) ou son absence. Les manières de s’habiller dans la migration sont pour les femmes extrêmement diverses. Elles vont de la tentative d’uniformisation banalisée par le jean et le pull ou le tee-shirt selon les saisons a une grande variété de parures : robes longues à « l’africaine » ou à « l’orientale », burqua, voiles, turbans etc.

On cherchera à comprendre qui revêt quoi et dans le cadre d’une libre décision ou sous la contrainte exprimée ou tacite. Les distributions de vêtements par des organisations humanitaires dans le périple influencent inévitablement ces manières féminines de se vêtir et introduisent de nouvelles configurations. Seules ou en famille, les femmes portent dans leurs vêtements des logiques symboliques qui vont marquer les regards des medias et des populations des sociétés ou elles s’intègrent. Ces vêtements sont amenés à changer avec le statut évolutif des femmes dans la société où elles se stabilisent. Prenons pour exemple les ensembles jupes, chemisiers et turbans des femmes dans de nombreux pays africains, qui se vendent à Paris sur mesure et à des prix élevés. Le choix de porter de tels vêtements signifiera une relative réussite, après l’usage des habits uniformes donnés par les organisations humanitaires. Dans ce contexte perruques de qualités différentes, nattes etc. sont particulièrement significatives pour des groupes de femmes comme le sont la qualité et la couleur des tissus qui vont voiler les cheveux et entourer le visage.

Cette  problématique du vêtement féminin comme objet mutant et plurivoque de la migration permettra de sortir des clichés culturalistes qui encombrent l’image des femmes migrantes.

crédit image : Aout 2016, Paris (c) A. Nadimi


3 réflexions au sujet de « La migration au féminin : les vêtements des femmes migrantes / Monique Selim & Wenjing Guo »

  1. Je viens de croiser cet article qui annonce le projet de traiter des vêtemenst chez les migrantes. Je suis agréablement informée car en ayant récemment préparé un papier scientifique pour un colloque, j’évoque cet aspect et j’émets des hypthèses de recherche à ce propos. Je suis intéressée par tout contact de collaboration sceintifique.

  2. Je viens de croiser cet article qui annonce le projet de traiter des vêtemenst chez les migrantes. Je suis agréablement informée car en ayant récemment préparé un papier scientifique pour un colloque, j’évoque cet aspect et j’émets des hypthèses de recherche à ce propos. Je suis intéressée par tout contact de collaboration sceintifique.

    1. Merci de votre intérêt. Je vous suggère de contacter les auteures dont vous trouverez les coordonnées sur le web. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *