Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace / Alexandra Galitzine-Loumpet

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace.

Objet d’étude 3

 Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)

En paire, en tas ou isolées,  neuves ou déformées, dans l’ensemble de leurs aspects fonctionnels, sexués ou climatiques, les chaussures comptent parmi les objets symboles du déplacement et, partant, de la migration et de l’exil. Elles disent le corps, tour à tour mobile et actif ou immobilisé et contraint, ses voies de passage et ses frontières, la gestuelle associée – c’est à dire ses techniques, au sens de Mauss – ; le territoire dans sa signification réelle ou métaphorique et dans son parcours ; l’habiter, de l’abri provisoire aux camps aux formes culturelles de l’hospitalité ;  le commun et la différence, de la reconnaissance d’un bien de consommation à l’altérisation par l’état, la forme et la relation au sujet; l’économie spécifique et les arts de faire des espaces de transit et de confinement, des collectes et dons humanitaires aux marchés informels et aux formes de conservation des exilés eux-mêmes ; la violence – symptomatiquement, la violence aux frontières s’est souvent accompagnée de la confiscation des chaussures –; l’inscription sociale et les valeurs d’un objet du commun ; le statut et les processus de désubjectivation / resubjectivation de l’être désigné comme « migrant » dans les régimes de représentation et de médiatisation, c’est-à-dire aussi la condition qui lui est faite. Elles disent aussi « la politique de la pitié » et les engagements militants, par les innombrables collectes organisées. Enfin, tour à tour présentées portées ou abandonnées, les chaussures signifient les temporalités, de la présence immédiate ou différée à la disparition du sujet, empreinte en creux, vestige ultime – au sens étymologique du terme vestige, « la trace du pied ». En ce sens, l’objet, comme le rappelle Bataille, a intimement à voir avec la mort.

A tous ces titres, et fréquemment dans des régimes entrecroisés de représentation, les chaussures sont omniprésentes dans les images de la migration et des êtres en déplacement, comme en atteste l’image de ce billet, et participent à sa construction publique. C’est précisément cette diversité des usages et des requalifications associées que cette recherche entend aborder en interrogeant les images de chaussure(s) et leurs différentes inscriptions sociales et politiques et jusqu’aux processus de patrimonialisation de l’expérience migratoire. Cette étude s’appuyera notamment sur les analyses de Jean Baudrillard (Le système des objets, 1968 ; Simulacre et simulations, 1981), Roland Barthes (Mythologies 1957 ; La chambre claire 1980), mais également sur la notion de « biographie culturelle des objets » développée par Igor Kopytoff (« The cultural biography of things : commoditization as process » dans Arjun Appadurai  (eds) The social life of things : commodities in Cultural Perspective Cambridge University Press, 1986). Fructueuse pour le renouvellement des études de la culture matérielle, l’analyse de Kopytoff s’élabore autour du corps de l’esclave et de sa valeur marchande, mettant en relation sujet et objet, et sera corrélée avec d’autres travaux de ce champ. La notion de visualité sera également employée, en ce qu’elle relie le visuel, le visible, les jugements de valeur associés et le politique, ouvrant dès lors à l’analyse des contextes socio-politiques d’émergence des représentations. Enfin, et dans une perspective anthropologique, cette recherche tirera évidemment profit des recherches sur les faits migratoires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *