Tous les articles par Alexandra Galitzine-Loumpet

Proches étrangers ? Présentation du programme Migrobjets / Séminaire AFA, 16 mai 2017

Le programme Migrobjets sera présenté le 16 mai prochain au séminaire de l’Association française d’anthropologie, séance Proches étrangers ?

ANTHROPOLOGIE, PSYCHANALYSE ET POLITIQUE : REGARDS SUR LES TERRAINS

Subjectivation et globalisation

En partenariat avec le CRPMS

(coord. : Olivier Douville, Delphine Lacombe, Julie Peghini, Monique Selim)

11-13h, Maison Suger, 16 – 18 rue Suger ; Paris 6° (RER Saint-Michel, Entrée libre)

avec Olivier Douville, psychanalyste, psychologue clinicien, Directeur de publication de la revue Psychologie clinique, maître de conférences et membre du Laboratoire CRPMS (Centre de Recherches Psychanalyse) qui présentera le dernier numéro de la revue, « Migrants, réfugiés, la politique interroge la clinique » ( numéro 43 psychologie clinique ,  2017/1)

La revue Multitudes, pour le numéro « Migrants / habitants : urbanités en construction »  n°64 / 2016.

Le programme Migrobjets sera présenté par Alexandra Galitzine-Loumpet avec la participation de Monique Selim et Weijing Guo, membres de Migrobjets et de l’AFA.

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace / Alexandra Galitzine-Loumpet

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace.

Objet d’étude 3

 Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)

En paire, en tas ou isolées,  neuves ou déformées, dans l’ensemble de leurs aspects fonctionnels, sexués ou climatiques, les chaussures comptent parmi les objets symboles du déplacement et, partant, de la migration et de l’exil. Elles disent le corps, tour à tour mobile et actif ou immobilisé et contraint, ses voies de passage et ses frontières, la gestuelle associée ; le territoire dans sa signification réelle ou métaphorique et dans son parcours ; l’habiter, de l’abri provisoire aux camps aux formes culturelles de l’hospitalité ;  le commun et la différence, de la reconnaissance d’un bien de consommation à l’altérisation par l’état, la forme et la relation au sujet; l’économie spécifique et les arts de faire des espaces de transit et de confinement, des collectes et dons humanitaires aux marchés informels et aux formes de conservation des exilés eux-mêmes ; la violence – symptomatiquement, la violence aux frontières s’est souvent accompagnée de la confiscation des chaussures –; l’inscription sociale et les valeurs d’un objet du commun ; le statut et les processus de désubjectivation / resubjectivation de l’être désigné comme « migrant » dans les régimes de représentation et de médiatisation, c’est-à-dire aussi la condition qui lui est faite. Elles disent aussi « la politique de la pitié » et les engagements militants, par les innombrables collectes organisées. Enfin, tour à tour présentées portées ou abandonnées, les chaussures signifient les temporalités, de la présence immédiate ou différée à la disparition du sujet, empreinte en creux, vestige ultime – au sens étymologique du terme vestige, « la trace du pied ».

A tous ces titres, et fréquemment dans des régimes entrecroisés de représentation, les chaussures sont omniprésentes dans les images de la migration et des êtres en déplacement, comme en atteste l’image de ce billet, et participent à sa construction publique. C’est précisément cette diversité des usages et des requalifications associées que cette recherche entend aborder en interrogeant les images de chaussure(s) et leurs différentes inscriptions sociales et politiques et jusqu’aux processus de patrimonialisation de l’expérience migratoire. Cette étude s’appuyera notamment sur les analyses de Jean Baudrillard (Le système des objets, 1968 ; Simulacre et simulations, 1981), Roland Barthes (Mythologies 1957 ; La chambre claire 1980), mais également sur la notion de « biographie culturelle des objets » développée par Igor Kopytoff (« The cultural biography of things : commoditization as process » dans Arjun Appadurai  (eds) The social life of things : commodities in Cultural Perspective Cambridge University Press, 1986). Fructueuse pour le renouvellement des études de la culture matérielle, l’analyse de Kopytoff s’élabore autour du corps de l’esclave et de sa valeur marchande, mettant en relation sujet et objet, et sera corrélée avec d’autres travaux de ce champ. La notion de visualité sera également employée, en ce qu’elle relie le visuel, le visible, les jugements de valeur associés et le politique, ouvrant dès lors à l’analyse des contextes socio-politiques d’émergence des représentations. Enfin, et dans une perspective anthropologique, cette recherche tirera évidemment profit des recherches sur les faits migratoires.

26 avril 2017 /Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

« Chez Sami, avec l’anglais » Anne Gorouben, Dessiner Calais 2015-2016, Mine de plomb sur papier, 21/28

En partenariat avec le COMEDE, Comité pour la santé des exilé.e.s et le programme Non-lieux de l’exil.

(coordination : Laure Wolmark & Alexandra Galitzine-Loumpet)

26 avril 2017 – 14h-17h30, – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salons d’honneur. Entrée libre

Avec : Elodie BOUBLIL (philosophe), Evangéline MASSON-DIEZ (militante, chercheure), François LEMORE (Emmaüs, ancien directeur de Awel), et la participation d’Anne GOROUBEN (artiste).

Introduction : Laure WOLMARK (Psychologue, Comede)

Discutante : Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY (Anthropologue, Inalco)

présentation des intervenants : ci-dessous

Argumentaire

Soignants, chercheurs, accompagnants bénévoles, militants, journalistes, artistes, dans la diversité de leurs exercices et des conditions de leur rencontre avec des personnes exilées sont parfois, à leur corps défendant,  pris dans une passion de l’exil.

Cette passion, si elle est une forme d’amour, est à la fois source d’aveuglement et de lucidité épistémologique, puissant aiguillon pour agir, et risque d’immobilisation dans les illusions de la philanthropie/du caritatif.

Continuer la lecture de 26 avril 2017 /Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

La migration au féminin : les vêtements des femmes migrantes / Monique Selim & Wenjing Guo

La migration au féminin : les vêtements des femmes migrantes.

Objet d’étude 2

Monique Selim &  Wenjing Guo – CESSMA (Paris Diderot/IRD/INALCO)

Les hommes migrants paraissent dans les médias avoir pour principal souci de se fondre dans la masse des hommes des sociétés qu’ils traversent et de celles où ils s’installent ; leurs vêtements  ont donc une allure d’universalité sans référence culturelle spécifique : chemise, tee-shirt, jean, parka, survêtement, bonnet, sac à dos, capuches etc. La culture est restée d’une certaine manière chez eux, abandonnée dans le trajet périlleux de la migration.

Il en va tout autrement pour les femmes, porteuses de leur culture d’origine, de la fonction maternelle telle qu’elle est pensée dans leur pays, de leur appartenance religieuse, en un mot véhiculant pour les hommes la singularité que ceux ci entendent voir disparaître dans leur nouvelle position .Les enfants s’ajoutent à ce « portage ».

Continuer la lecture de La migration au féminin : les vêtements des femmes migrantes / Monique Selim & Wenjing Guo