Tous les articles par Alexandra Galitzine-Loumpet

CFP / Ethnologie versus média : la question des migrations. AFEA 11 octobre / Fondation Mayer (Paris)

Ethnologie versus média : la question des migrations.

Appel à communications pour la journée d’étude de l’AFEA (Association française d’Ethnologie et d’Anthropologie)

Pour la deuxième édition des journées anthropologiques de l’AFEA, la thématique retenue traite de la question des migrations et de la manière dont les chercheurs de notre discipline se saisissent de l’actualité.

Deux axes d’étude seront considérés au cours de la journée :
-  les politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique ; 
-  les enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias.

Cette journée d’étude sera couplée avec un forum des associations. Les associations intéressées par ce forum doivent prendre contact avec les organisateurs avant le 20 septembre 2016. L’AFEA mettra à leur disposition un stand où leurs membres pourront présenter les travaux menés par l’association ainsi que ses publications. Deux tables rondes seront proposées pour les associations.

Argumentaire : 
Axe 1 : Politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique (dirigé par Clara Lecadet – IIAC-LAUM, EHESS)
Cet axe vise à ouvrir un débat critique sur les politiques de la représentation à l’œuvre dans le champ des migrations. La décision d’Al-Jazeera en août 2015 de ne plus employer le terme de migrant et la mise en cause de la responsabilité des medias dans le traitement politique des réfugiés ont ouvert un débat nourri par des journalistes et des chercheurs, qui questionnent les concepts, les catégories, les représentations conditionnant les discours politiques et médiatiques sur les migrations (Canut, 2016) . Si les medias sont volontiers accusés d’en donner un exposé réducteur voire de participer à la montée des populismes en présentant ces arrivées de réfugiés comme une menace, les chercheurs sont-ils immunisés contre le temps court de l’actualité ou contre l’appropriation des catégories institutionnelles ?
L’ampleur du traitement médiatique dont les migrations ont fait l’objet depuis le naufrage du 19 avril 2015 en Méditerranée jusqu’à ce qui a été présenté comme la « crise des réfugiés », doit, plutôt que de prolonger la mise en scène d’un antagonisme stérile entre la sphère médiatique et académique, interroger le processus de fabrication d’objets qu’il est ensuite très difficile de critiquer et de déconstruire . La critique des ressorts de la représentation des phénomènes migratoires dans les medias, doit ainsi s’accompagner d’une critique des présupposés et des impensés de la recherche.
Le nationalisme méthodologique, les choix narratifs, le lexique utilisé ont un impact déterminant sur les représentations qui émanent des phénomènes étudiés. Il convient par conséquent d’amorcer une réflexion sur le sens et les usages d’une politique de la représentation nécessitant une déconstruction critique des catégories qui fondent aussi bien théoriquement qu’empiriquement les espaces et les champs de la recherche

Axe 2 : Enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias (dirigé par Delphine Leroy – MCF, EXPERICE, Université Paris 8)
L’actualité par son motif d’immédiateté et d’urgence ne cesse de produire du sens et de contribuer à l’élaboration d’imaginaires collectifs sur les faits de société. La question migratoire est centrale pour nos sociétés contemporaines. Quelles légitimités, quelles responsabilités le chercheur au long cours qu’est l’ethnologue, endosse‐t‐il lorsqu’il choisit de se taire ou au contraire d’alimenter la scène publique ? Comment expliciter et apporter en amont une compréhension large des données sur la question des migrations ?
Si le chercheur est parfois sollicité pour commenter un événement particulier « à chaud » en qualité « d’expert », beaucoup plus rarement il est invité à exposer – médiatiser – ses travaux (dans le sens de rendre visible, comme moyen de faire connaître ou apparaître une réalité qu’il a observée). L’invisibilité contribuant, au contraire, au maintien des situations de dominations et de catégorisation des personnes. Pourtant depuis longtemps, certains anthropologues , ont destiné leurs travaux à un vaste public en hybridant leurs formes de restitutions avec la littérature ou les arts visuels ; d’autres se sont appuyés sur des expositions artistiques pour problématiser et articuler ces questions .
De quels usages médiatiques aujourd’hui les anthropologues peuvent‐ils se saisir, pour rendre compte, au plus grand nombre, de la complexité des situations de migrations en soulignant notamment,
‐ la durée de la relation ethnographique
‐ les parcours biographiques
‐ la place, le statut des personnes interrogées dans la construction et la diffusion de la recherche ?
Des réflexions sur les modes pluriels de restitution et le rôle de l’anthropologue, permettant à un large public d’accéder à ses données seront encouragées.

Calendrier et consignes :
Les propositions (titre des communications, axe choisi ainsi que les résumés 10 lignes maximum) sont à envoyer aux adresses suivantes : asso.afea@gmail.com, burguet.delphine@gmail.com et chloe.rosati@gmail.com et sont attendues avant le 10 septembre 2016. Malgré un délai court, nous encourageons les personnes intéressées à nous envoyer une proposition de quelques lignes. Les réponses seront communiquées mi-septembre.

Les intervenants sont invités à adhérer à l’AFEA pour que ces journées soient pérennisées.

Voices of Refugees (BBC) : L’objet smartphone, analyse et partage d’expériences.

Jusqu’à quel point partager l’expérience de la migration,  partager les usages dorénavant vitaux de l’objet « smartphone » et de ses applications ?

Essai dans cette initiative de la BBC, intitulée « Voices of Refugees » , basée sur 79 entretiens et analyses receuillis en avril 2016, à signaler.

Rapport de recherche accompagnant le projet : voices-of-refugees-research-report

bbc&
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

 

 

CFP. Politiques du corps (Rabat, Maroc)

     Appel à communication
Colloque le 08 – 09 décembre 2016 (RABAT)
L’institut Universitaire de la Recherche Scientifique
organise un colloque sous le thème :
 « POLITIQUES DU CORPS »
Le corps interroge de plus en plus les sciences sociales et humaines. Il s’impose comme sujet-objet de recherche, non seulement en tant que produit et représentation culturels, mais aussi comme matérialité propre, elle-même productrice des formes de vie et de sens. Les politiques du corps désignent justement cette subjectivité corporelle active et signifiante. Il s’agit donc d’interroger celles-ci non pas comme objets passifs soumis à l’investigation de l’intelligence (ou de l’esprit) d’un sujet transcendant, comme cela a été le cas dans les approches classiques, mais comme sujet qui exprime un réseau de relations et d’interactions où s’estompent les oppositions longuement consacrées entre le matériel et l’immatériel, l’apparence et l’essence, le visible et l’invisible, la nature et la culture, le biologique et le psychologique.
Cette problématique permet justement de penser le corps dans sa pluralité active et de réfléchir sur les frontières établies entre ces dichotomies et les articulations socio-anthropologiques de leur embrouillement. Il s’agit, en d’autres termes, de reprendre, à partir d’une perspective socio-anthropologique transdisciplinaire, qui privilégie les praxis, le questionnement spinoziste : « Qu’est-ce que peut un corps ? ». C’est à ce caractère distinctif du pouvoir corporel que renvoie le thème principal de ce colloque.
L’expression politiques du corps réfère, en effet, aux déploiements des formes de vie corporelles et aux jeux et enjeux de langage qu’elles impliquent dans tous les champs du social : le culturel, le religieux et le politique, le médical, le juridique et l’économique. Certes, tous ces domaines sont interreliés et on ne peut penser l’économique sans le social et sans le politico-juridique, comme on ne peut isoler le médical du politico-juridique et de l’éthique, tout comme on ne peut penser le religieux sans son articulation avec le politique.
L’idée du colloque est de se pencher sur les tensions et les interactions entre ces différents domaines où le corps s’érige comme lieu, outil, pensée et action. Objet (et producteur) du savoir sur l’humain comme sur le monde, le corps est devenu un enjeu multiple dans les pratiques sociales, politiques et culturelles actuelles, au point que les mouvances politico-culturelles en élaborent des visions stratégiques qui ne cessent de bouleverser la cartographie géopolitique de ce début du siècle. Nous nous référons ici évidemment à ces malformations politiques qui s’attaquent au corps comme chair tant au corps comme être.

Continuer la lecture de CFP. Politiques du corps (Rabat, Maroc)

Le téléphone portable, instrument de survie pour les réfugiés / Marie Gillepsie

Un article de Libération, Par Marie Gillespie, The Open University 26 mai 2016 à 11:21

Pour les refugié(e)s qui tentent de gagner l’Europe, le portable est tout sauf un luxe. Il est aussi important que les vêtements qu’ils portent ou que l’embarcation censée leur permettre de traverser la Méditerranée.(…)Suite ici