Tous les articles par Alexandra Galitzine-Loumpet

Etats migratoires & espaces camps. 31 mai 2016 (INALCO)

ETATS MIGRATOIRES  & ESPACES CAMPS

 

affiche etats

Journée d’étude associée aux stages doctoraux USPC à Calais, Grande Synthe, Caen et Ouistreham.

31 mai 2016

13h-18h– salle 3.03 INALCO, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

Entrée libre

Comité scientifique : Elise Pestre (UFR Etudes psychanalytiques, Université Paris-Diderot), Kathy Rousselet (Sciences Po), Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (INALCO), Dominique Vidal (URMIS Université Paris-Diderot)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Migrobjets (Inalco), Non-lieux de l’exil)

Affiche en pdf : ici

13 : 00 – 13 : 15  Introduction

  • Présentation du stage doctoral USPC

13 : 15  – 14: 45Atelier 1 – LIEUX & ACTEURS

Modération: Domique Vidal (URMIS / Paris-Diderot –  référent groupe Caen & Ouistreham)

  • Clara Lecadet (LAUM-IIAC/ EHESS) : Camps institutionnalisés et refuges auto-organisés : la part du formel et de l’informel sur les routes de l’exil
  • Mathilde Pette (CLERSE, Univ. Lille 1): Monde associatif et militant en faveur des migrants de passage dans le Nord de la France
  • Camille Gourdeau  (Paris 7 – URMIS) : Présentation de la situation des migrants à Caen et Ouistreham

Discussion

14 : 45 – 15: 00 : Pause

15 : 00 – 16 : 30 – Atelier 2 :  SOINS PSYCHIQUES 

Modération: Elise Pestre (UFR Etudes psychanalytiques, Paris-Diderot –   référente groupe Soins psychiques)

  • Laure Wolmark (Responsable du service Psychothérapie et santé mentale, COMEDE) & Marie Pettruzzi (Médecin, responsable des questions de santé des femmes, COMEDE) – Accès aux soins des exilé.e.s : dispositifs, obstacles et enjeux
  • Lou Einhorn (Référente santé mentale Mission Migrants Nord Littoral/ MDM)

Discussion

16 : 30– 18 : 00 Atelier 3 : ANTHROPOLOGIE-LANGUES

Modération   :  Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (INALCO –   référente groupe Anthropo-langues )

  • Ager Oueslati (Journaliste, réalisatrice)  présentation de «La jungle des femmes » (documentaire 22’, 2016)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil / Migrobjets (INALCO) – Traduire le camp:  Ambigüités sémantiques et contextuelles

 Discussion finale.

Présentation des modérateurs / des intervenants :

Continuer la lecture de Etats migratoires & espaces camps. 31 mai 2016 (INALCO)

Seconde rencontre de l’équipe. 23 mai 2016

La prochaine rencontre de l’équipe se tiendra le 23 mai 2016 dans les locaux du pôle recherche de l’INALCO, de 13h30 à 17h30.

Elle devrait permettre d’élaborer les premières catégories et mots-clefs d’analyse et ainsi la mise en place d’outils de veille précisés. Cette réunion précédera la publication des premiers billets du blog, de même que les premières missions de terrain.

Réunion de lancement du projet. 08 avril 2016.

009-09-Czerwony Bor071 - copie (2)
(c) Ph. Bazin. -Czerwony Bor

La réunion de lancement du projet (kick off) aura lieu le vendredi 08 avril 2016, de 15 à 18h, dans les locaux du pôle recherche de l’INALCO, 2 rue de Lille.

Il s’agit d’une réunion fermée, à laquelle seuls les membres de l’équipe et les directeurs des laboratoires concernés sont conviés. Les activités des prochains mois seront élaborées à l’occasion et annoncées sur ce carnet.

MIGROBJETS. Programme de recherche (mars 2016-mars 2018)

Carnet du programme de recherche MIGROBJETS

Représentation et circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public.

Projet financé par l‘INALCO dans le cadre de l’AAP Migrations & Altérités (mars 2016-mars 2018).

Coordination : Peter Stockinger (INALCO) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA / Non-lieux de l’exil)

Ce projet qui réunit des chercheurs du PLIDAM (INALCO), du CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO), du LICIA (Université Catholique de l’Ouest) et du programme Non-lieux de l’exil,  propose une analyse multilingue et pluridisciplinaire des images d’objets des exilés diffusés sur internet (journaux en ligne, plateformes pour les migrants, blogs, reportages photographiques, réseaux sociaux) afin d’en mesurer les impacts en termes de construction des figures du migrant dans les pays de destination et de départ. Depuis le naufrage d’octobre 2013 au large de l’île de Lampedusa , la multiplication d’images d’objets abandonnés par les migrants atteste de leur pouvoir d’évocation de la « crise migratoire » entre reconnaissance d’une communauté de biens et différenciation des appartenances culturelles. Le choix de certains objets plutôt que d’autres ; les affects et les usages sociaux diversifiés qu’ils véhiculent dans les pays de départ, de transit et d’arrivée ; les discours associés pour faire « parler » ces objets, contribuent à assigner une identité culturelle et sociale aux migrants, constituant ainsi un topos de l’exilé à la fois pérenne et régulièrement actualisé. Le statut des objets dans la migration apparait marqué par une dualité constitutive, tour à tour marchandise tangible et valeur affective; mémoire du pays d’accueil et symbole d’un nouvel établissement ; signe de l’intemporalité du fait migratoire et icone de l’actualité la plus dramatique, sphère privée et de l’espace public; objet de peu et de patrimoine. L’objet s’inscrit dans une doxa, i.e. de régimes de sens commun (de preuve, de vérité, de moralité, d’esthétique, d’utilité …) s’imposant à la parole de l’exilé et parfois se substituant au sujet migrant dans un transfert des propriétés des choses à celui des corps, minorés ou défunts. De fait, en tant que signe, l’objet pallie à l’absence de relation humaine et constitue un puissant vecteur d’intégration. En tant qu’acteur social, il révèle la condition faite à l’exilé.

Contacts :

Adresse postale : MIGROBJETS, bureau 430, INALCO, 2 rue de Lille 75007 Paris

Migrobets-logo-e1457287863693