Archives de catégorie : Non classé

Journée d’étude « L’objet de la migration » 21 novembre. Retour en images.

Quelques clichés de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif », qui s’est tenue dans les salons d’honneur et la salle des plaques, 2 rue de Lille.

Programme complet et présentation des intervenants ici:

 

JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO

affiche-migrobjets21 novembre 2016 / 09h30-20h

Inalco pôle recherche 2, rue de Lille 75007 Paris Entrée libre

(M° Palais Royal, Saint Germain des Prés, rue du Bac/  Bus 24, 27, 39, 68, 69, 95 / R.E.R C – station Musée d’Orsay)

Argumentaire

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie, 1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Continuer la lecture de JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO

Camps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 Paris

isccCamps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 

journées européennes ISCC

Présentation

Cette manifestation s’inscrit dans une réflexion initiée dès 2005 à l’université de Paris X-Nanterre, puis au CNRS, sur les problèmes d’information et de communication qui se posent dans des milieux désorganisés par des catastrophes : comment obtenir des savoirs urgents pour faire face à une situation non prévue et comment le faire dans un milieu dont l’organisation a été mise à mal de façon inattendue ?

La notion de milieu désorganisé, empruntée à la sociologie et à la psychopathologie, désigne un milieu dont les modes d’organisation familiaux, relationnels (Soubi, Rainan, Kohen) sont fortement détériorés. Dans le sens que nous lui donnons, un milieu désorganisé comprend des éléments physiques (sols), des artefacts (infrastructures, transports) et des êtres vivants (humains, animaux, germes, etc…). Sur le plan formel, un milieu désorganisé peut s’inscrire dans un cube virtuel se composant de trois strates : 1) une strate géologique, avec l’infrastructure du sol, où peuvent arriver des accidents (inondations, séismes, etc.) ; 2) une strate qui comprend les équipements, immeubles et leurs interactions ; 3) enfin une strate sociale et culturelle qui comporte la vie sociale et culturelle, la dimension sanitaire, les accidents ainsi que les problèmes à résoudre.

Le camp de réfugiés représente un milieu désorganisé spécifique : c’est un milieu « réorganisé » suivant des logiques propres, dans lequel l’espace et le temps sont bouleversés (oisiveté du temps de l’attente). Le camp présente trois caractéristiques constitutives définies par Michel Agier : l’extraterritorialité (le camp est un hors-lieu, souvent non identifié sur les cartes), l’exception (le camp est soumis à une autre loi que celle de l’État dans lequel il se trouve) et l’exclusion (le camp est la forme sensible d’une altérité)…. suite ici

A signaler, un intéressant programme, notamment avec la proposition suivante :

12h15 : En contrepoint de la communication par les médias, interroger le public de la rue par l’installation d’objets abandonnés par des migrants : Algeco, bateaux, gilets de sauvetage par Daniel PUROY, plasticien performeur.

Programme complet prog-29-30-sept-2016

« Si vous deviez fuir votre maison, qu’emporteriez-vous ? » La campagne UNHCR #WithRefugees

Dans le cadre de sa campagne et sa pétition #WithRefugees qui court jusqu’au 18 septembre 2016, veille du grand sommet de l’ONU sur les réfugiés et les migrants , l’UNHCR a conçu plusieurs supports audiovisuels et notamment une vidéo intitulée : « Si vous deviez fuir votre maison, qu’emporteriez-vous  ? » alternant images de conflits, de bombes et de destruction, de fuites, de camps, portraits de réfugiés et listes d’objets, lues (d’ailleurs très bien) à la manière d’une liste de noms par différentes personnes célèbres.

fuir6
Cliquer sur l’image pour accéder au site de l’UNHCR

Bref passage en revue de quelques éléments avant une analyse plus approfondie.

Continuer la lecture de « Si vous deviez fuir votre maison, qu’emporteriez-vous ? » La campagne UNHCR #WithRefugees