Membres de l’équipe

Coordinateurs

  • Peter Stockinger

Peter Stockinger est professeur des universités (spécialité : sémiotique du texte, analyse du discours, communication interculturelle), directeur de la filière Communication Interculturelle et membre du PLIDAM. Après avoir créé en 1990 et dirigé pendant 25 ans le programme de recherche ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et nouveaux Médias) à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Pendant son activité de directeur de l’ESCoM, il a conçu et réalisé le programme « Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR) qui représente aujourd’hui, entre autre, un patrimoine de quelques 7500 heures de films scientifiques en ligne ; il a dirigé ou participé en tant que chercheur, depuis 1996, à 15 grands projets européens (ESPRIT IV, FP5, FP6, FP7) et, depuis 2002, à 4 projets ANR consacrés aux plateformes numériques d’archivage, d’analyse et de publication/republication de corpus audiovisuels documentant des patrimoines scientifiques et, plus largement, culturels. Il a publié 6 monographies scientifiques (dont une en allemand et deux traduites en anglais), une dizaine d’ouvrages collectifs et une cinquantaine d’articles dans des revues scientifiques reconnues.

  • Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & Responsable Non-lieux de l’exil)

Alexandra Galitzine est docteur en anthropologie (Université Paris I), spécialiste de la culture matérielle, des représentations de l’altérité et des processus patrimoniaux. Docteur de l’université de Paris I, elle a longtemps été MCF à l’université de Yaoundé I (1995-2008), pays qui reste son terrain principal, puis enseigné et travaillé dans plusieurs institutions françaises (CNRS, Paris I). Elle a notamment participé au « Pré-rapport sur la place de la recherche sur les aires culturelles en France » (Dir J.F. Sabouret, mars 2010) coordonné l’ANR « Espaces de la Culture Chinoise en Afrique » (EsCA 2011-2015 / FMSH, dir. JP Dozon), fondé et co-dirigé (avec A. Nouss) le programme de recherche Non-lieux de l’exil depuis 2011 (FMSH, Université de Montréal, Université Aix-Marseille (axe Transpositions), CNRS), et en est aujourd’hui responsable. Sa recherche dans le cadre de ce groupe porte sur les objets de l’exil, notamment au travers du projet  Displaced Objects qu’elle coordonne. Elle est chargée de cours à l’INALCO et chercheur associé au CESSMA (Inalco, Université Paris-Diderot, IRD).  Parmi ses publications :   « Pour une typologie des objets de l’exil », Working paper de la FMSH sur HAL-SHS (10 p.) sept. 2013,   “Exil (Objets)”, Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. Peter LanG eds. 2014, pp.188-202 ,  “The Material Culture of Displacement: from the Artefact to the Imaginary Museum”.   People & Things on the Move: Migration and Material Culture (University of Chicago), 2015;  “Au bazar de l’exil; la subjectivité comme objet” à paraître dans les actes du colloque Etudier l’exil, Galitzine-Loumpet A, Nouss A; et C.Pinçonnat eds, Presses Universitaires de Provence 2016. Elle rédige actuellement un essai intitulé Exposer l’exil.

Pluralité des langues et des identités : Didactique, acquisition, médiations (PLIDAM, INALCO)

Frosa Pejoska-Bouchereau professeur des universités, habilitée en langue, littérature et civilisation macédoniennes, est responsable de la section des Études macédoniennes et co-directrice du master disciplinaire Oralité et anthropologie, à l’INALCO. Ses travaux portent sur l’émigration temporaire macédonienne : la pečalba ou le passage du fait social à la coutume, qui a pour sens de figurer le nouveau rite initiatique des hommes. Élargissant ses travaux aux littératures balkaniques, elle montre comment le phénomène social de l’émigration transformé en phénomène culturel a donné naissance à un nouvel imaginaire, lequel produit un nouveau genre littéraire : le roman de l’étrangéisation, concept qu’elle forge en 1995. Ses travaux sur l’enfant – l’enfant objet de tous les projets de création de « l’homme nouveau » par la transformation de son identité – l’amène à penser le phénomène du janissariat comme une autre forme du phénomène culturel de l’émigration.  L’étude des œuvres littéraires des enfants rescapés du génocide, Danilo Kiš, Aharon Appelfeld et Imre Kertesz, lui a permis de poser la distinction entre les écritures testimoniales des adultes et celle des enfants rescapés de la shoah.  Ses travaux de recherche portent donc sur les formes étrangéisées en littérature, sur les phénomènes anthropologiques qui transforment l’humain en étranger (pečalbar, janissaire, mamelouk) et sur la métamorphose de l’imaginaire, sous l’influence du phénomène culturel de l’émigration.Elle a dirigé et co-dirigé 7 ouvrages collectifs, participé à 5 ouvrages collectifs, publié une quarantaine d’articles, traduit des œuvres littéraires, donné plus de 30 conférences, a organisé près de trente colloques, journées d’études et conférences. Elle est cofondatrice et responsable d’un Campus européen : Langues et traductions, francophonie et itinéraires slaves. Participe au projet Lasipa PLIDAM-NUS-USPC. Elle est co-directrice du PLIDAM, rédactrice en chef et membre du comité scientifique de la revue.org DOAJ Les Cahiers balkaniques.

  • Peter Stockinger (ci dessus)

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA, IRD-INALCO- Paris Diderot)

  • Monique Selim (Directrice de recherche IRD)

Monique Selim est anthropologue, directrice de recherche à l’IRD, responsable de l’axe Travail, Finance, Globalisation.  Ses recherches d’abord axées sur des espaces urbains stigmatisés de la société française ont ensuite privilégié l’entreprise et les rapports sociaux de travail (processus économiques et contextes culturels) de l’Inde, du Bangladesh, du Laos, du Vietnam, de l’Ouzbékistan.  Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’anthropologie politique de la globalisation, l’anthropologie critique des catégorisations et l’anthropologie des mobilisations concernées par des enjeux de sexe et de genre. Parmi ses dernières publications :   (avec A. Querien) La libération des femmes, une plus-value mondiale, l’Harmattan 2014; Hommes et femmes dans la production de la société civile à Canton, l’Harmattan,304 p. 2013; (avec B. Hours) Anthropologie politique de la globalisation,l’Harmattan, 284 p., 2012.)  http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article278

  • Amandine SPIRE (MCF Université de Paris-Diderot)

Amandine Spire est géographe, MCF à l’Université Paris-Diderot. Ces thèmes de recherche portent sur la ville, la migration, la citadinité, les minorités et l’ étranger, et notamment sur  la problématique du droit à la ville dans les sociétés urbaines d’Afrique de l’Ouest et sur les processus de construction de normes dans les pratiques et politiques urbaines. Responsable de la licence 3 de géographie à Paris-Diderot depuis septembre 2014, elle a été membre de l’ANR JUGURTA : Justice spatiale, gouvernance et territorialisation dans les villes des Sud,(dir. Philippe Gervais-Lambony, et co-dirige le programme de recherche DALVAA (droit à la ville, regards croisés Afrique subsaharienne/Amérique latine) financé par le programme Emergences de la Ville de Paris depuis janvier 2014. Parmi ses publications : 2010, « Lomé, ville post-frontière. », EchoGéo [En ligne], numéro 14, Lien :http://echogeo.revues.org/11974 ;   2012, « Time-spaces of transit migration in West Africa : life transitions and urban transformations in Lomé (Togo) and Accra (Ghana) » in Streiff-Fénart Jocelyne and Wa Kabwe Segatti Aurelia (dir.), The challenge of the threshold, Border closures and migration movements in Africa, Lexington Books, pp. 89-104. 2014, « Migrations mises en récit ou quand l’espace ne cesse de se reconstruire », in Hommes et Migrations, n°1306, pp101-110., octobre 2014 ; BOKILO BOURSIER H., LEROY D., LEROY D., SPIRE A., 2013, Chroniques d’un colloque :« Ecritures en Migration(s). Histoires d’écrits, histoires d’exil », revue Diaspora ; LEROY D., LEROY D., SPIRE A., 2014 « Ouverture », in Histoires d’écrits, histoires d’exils, Perspectives croisées sur les Écritures en migration(s) in LEROY D. & Marie L., Éditions Narr, Tübigen.

  • Alexandra Galitzine-Loumpet (ci-dessus)

NON-LIEUX DE L’EXIL

  • Alexandra Galitzine-Loumpet (coordinatrice Non-lieux de l’exil)
  • Chowra Makaremi (Chargée de recherche IRIS EHESS-CNRS)

Chowra Makaremi est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ses thématiques de recherche portent notamment sur une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables et les parcours négociés à l’intérieur et en marge des espaces de prise en charge, ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Parmi ses publications :  C. Makaremi, 2009, « Governing Borders in France: from Extraterritorial to Humanitarian Confinement », in A. Pratt et L. Sossin (ed.) « Dilemmas of discretion », Canadian Journal of Law and Society, Fall 2009, pp. 411–432. ; Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne,  Paris, Gallimard, coll. Témoins, 2011 ; (avec D. Fassin, Y. Bouagga, I. Coutant, J.-S. Eideliman, F. Fernandez, N. Fischer, C. Kobelinsky, S. Mazouz, S. Roux)  Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil, 2013 ; et (avec C. Kobelinsky) (dir.), Le confinement des étrangers: l’enfermement dehors, Éditions du Croquant, 2009. http://iris.ehess.fr/index.php?1240

  • Eugenia VILELA (Pr, Université de Porto)

Eugenia Vilela  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

Auteur de textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres Du corps équivoque (1998), « Dans le silence d’un corps. Déplacement et témoignage » Lignes  2008/2 (n° 26),  “Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon” (2010), Corpos Inabitáveis. Errância, Filosofia e Memória, « Corps sismographiques » Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. Peter LanG eds. 2014, pp.79-92

  • Christiane VOLLAIRE

Christiane Vollaire est docteur en philosophie. Elle est membre du Comité de rédaction des revues Pratiques Chimères et Outis, et collabore régulièrement aux revues LignesCahiers de philosophie, Transeuropéennes, Medium, Revue d’ethnologie, Symposium, Ah ! et Empan. Ses recherches portent sur les liens entre politique, esthétique et médecine, thème sur lequel elle a présenté pendant six ans une série d’interventions au Collège International de philosophie.  Elle a publié de nombreux articles sur la philosophie esthétique (photographie, chorégraphie, architecture, espace) et notamment plusieurs essais sur des artistes contemporains, la philosophie politique (migrations, politiques sécuritaires, biopolitiques) et la philosophie de la médecine. Parmi ses derniers ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, ed. L’Insulaire, Paris, mars 2007 ; Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin),ed. Créaphis, Paris, octobre 2012, « Politiques migratoires » Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. Peter LanG eds. 2014, pp 275-290, La position documentaire face à l’exil, juin 2015 (http://nle.hypotheses.org/2978)  et a co-dirigé les actes du colloque Politique documentaire, rencontres Setrogran déc. 2015.

Université catholique de l’Ouest

  • Albin WAGENER (Doyen de la Faculté des Humanités / LICIA )

Albin Wagener est docteur en sciences du langage et doyen de la Faculté des humanités à l’Université catholique de l’Ouest (Angers). Il est également directeur adjoint du laboratoire CoDiRe (Constructions Discursives des Représentations linguistiques et culturelles, EA4643, Université de Nantes) et membre fondateur du réseau international et interdisciplinaire Alternative Academia,ainsi que du réseau R2DIP. Ses intérêts de recherche portent notamment sur la systémique des interactions, les relations interculturelles, les stratégies identitaires et l’analyse critique de discours. Il a notamment publié :  Wagener A., Rahimy T. (Eds), The need to belong: perpetual conflicts and temporary stability, Oxford, Interdisciplinary Press, 2015 ; Wagener A., L’échec culturel, Bruxelles, Peter Lang, 2015 ; Wagener A., « Discrimination et jeux en ligne : analyse discursive critique du ‘problème russe’ de Dota 2 », Semen, 40 : 149-160, 2015 ; Lähdesmäki T., Wagener A., « Discourses on governing diversity in Europe: critical analysis of the White paper on intercultural dialogue », International journal of intercultural relations, 44 : 13-28, 2015. Wagener A., « Emergence et diffusion d’items identitaires et culturels : le cas de la communauté en ligne 9gag », Recherches en communication, 40 :

  • Anh-Ngoc HOANG (MCF, LICIA)

Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université catholique de l’Ouest (UCO),  Anh-Ngoc HOANG mène un examen critique des transformations sociétales contemporaines liées aux médias numériques et de la culture numérique en prenant jusqu’au présent le cas de la société vietnamienne: l’identité collective, les imaginaires sociaux,  les implications socio-politiques et culturelles,  la diaspora vietnamienne, les pratiques de foi catholique. Parmi ses publications : « La foi catholique et les dispositifs numériques. Le cas de la diaspora catholique vietnamienne», in TIC & Société, 2015 ;  « Vietnam » in Dictionnaire des migrations internationales : Approche géohistorique, sous la direction de Gildas SIMON,  Armand Colin, 2015, pp.749-755., « Imaginaire social : entre territoire physique et territoire virtuel. Etude communicationnelle des manifestations vietnamiennes au sujet des archipels des Spratley et des Paracel », in Actes du colloque EUTIC 2009 Bordeaux, Editions de la Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine, novembre 2010 ;  « Vietnam, diaspora et TIC : regard sur une cyber-vietnamité à l’ère de la globalisation »,  in  Réseaux, no 159, 2010, pp. 181-198.« Imaginaire social du Vietnam contemporain à la lumière des Sciences de l’Information et de la Communication », in « Parcours de recherches en SIC : littérature scientifique, méthodes et terrain », Etudes de Communication, no 32, 2009, pp.81-96.