Archives par mot-clé : culture matérielle

Bagages et objets en migration. Telemme (CNRS / AMU) 23 janvier 2017

Qu’emporte-t-on avec soi lorsqu’on part ? Quels sont les objets que la migration déplace et que les migrants transportent ? En essayant de répondre à ces questions, la prochaine séance du séminaire Telemmig (23 janvier, 10h,  salle Temime) ouvrira le champs d’une réflexion autour du concept de translation des hommes et des biens, entendu comme l’action de faire passer un objet d’un lieu à un autre (plus d’information ici), séminaire Telemmig 23 janvier 10h-12h, salle  Temime,

Avec : 

  • Eleonora Canepari (AMU-Telemme) : Les objets dans l’histoire
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (Paris I-CESSMA-Migrobjets)  : Cultures matérielles de la migration/de l’exil : usages sociaux et affects (participation par vision conférence)
  • Céline Regnard (AMU-Telemme-IUF) : Les bagages des migrants à Marseille et New-York

 

Journée d’étude « L’objet de la migration » 21 novembre. Retour en images.

Quelques clichés de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif », qui s’est tenue dans les salons d’honneur et la salle des plaques, 2 rue de Lille.

Programme complet et présentation des intervenants ici:

 

JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO

affiche-migrobjets21 novembre 2016 / 09h30-20h

Inalco pôle recherche 2, rue de Lille 75007 Paris Entrée libre

(M° Palais Royal, Saint Germain des Prés, rue du Bac/  Bus 24, 27, 39, 68, 69, 95 / R.E.R C – station Musée d’Orsay)

Argumentaire

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie, 1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Continuer la lecture de JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO

Le téléphone portable, instrument de survie pour les réfugiés / Marie Gillepsie

Un article de Libération, Par Marie Gillespie, The Open University 26 mai 2016 à 11:21

Pour les refugié(e)s qui tentent de gagner l’Europe, le portable est tout sauf un luxe. Il est aussi important que les vêtements qu’ils portent ou que l’embarcation censée leur permettre de traverser la Méditerranée.(…)Suite ici