Archives par mot-clé : Medias

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace / Alexandra Galitzine-Loumpet

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace.

Objet d’étude 3

 Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)

En paire, en tas ou isolées,  neuves ou déformées, dans l’ensemble de leurs aspects fonctionnels, sexués ou climatiques, les chaussures comptent parmi les objets symboles du déplacement et, partant, de la migration et de l’exil. Elles disent le corps, tour à tour mobile et actif ou immobilisé et contraint, ses voies de passage et ses frontières, la gestuelle associée ; le territoire dans sa signification réelle ou métaphorique et dans son parcours ; l’habiter, de l’abri provisoire aux camps aux formes culturelles de l’hospitalité ;  le commun et la différence, de la reconnaissance d’un bien de consommation à l’altérisation par l’état, la forme et la relation au sujet; l’économie spécifique et les arts de faire des espaces de transit et de confinement, des collectes et dons humanitaires aux marchés informels et aux formes de conservation des exilés eux-mêmes ; la violence – symptomatiquement, la violence aux frontières s’est souvent accompagnée de la confiscation des chaussures –; l’inscription sociale et les valeurs d’un objet du commun ; le statut et les processus de désubjectivation / resubjectivation de l’être désigné comme « migrant » dans les régimes de représentation et de médiatisation, c’est-à-dire aussi la condition qui lui est faite. Elles disent aussi « la politique de la pitié » et les engagements militants, par les innombrables collectes organisées. Enfin, tour à tour présentées portées ou abandonnées, les chaussures signifient les temporalités, de la présence immédiate ou différée à la disparition du sujet, empreinte en creux, vestige ultime – au sens étymologique du terme vestige, « la trace du pied ».

A tous ces titres, et fréquemment dans des régimes entrecroisés de représentation, les chaussures sont omniprésentes dans les images de la migration et des êtres en déplacement, comme en atteste l’image de ce billet, et participent à sa construction publique. C’est précisément cette diversité des usages et des requalifications associées que cette recherche entend aborder en interrogeant les images de chaussure(s) et leurs différentes inscriptions sociales et politiques et jusqu’aux processus de patrimonialisation de l’expérience migratoire. Cette étude s’appuyera notamment sur les analyses de Jean Baudrillard (Le système des objets, 1968 ; Simulacre et simulations, 1981), Roland Barthes (Mythologies 1957 ; La chambre claire 1980), mais également sur la notion de « biographie culturelle des objets » développée par Igor Kopytoff (« The cultural biography of things : commoditization as process » dans Arjun Appadurai  (eds) The social life of things : commodities in Cultural Perspective Cambridge University Press, 1986). Fructueuse pour le renouvellement des études de la culture matérielle, l’analyse de Kopytoff s’élabore autour du corps de l’esclave et de sa valeur marchande, mettant en relation sujet et objet, et sera corrélée avec d’autres travaux de ce champ. La notion de visualité sera également employée, en ce qu’elle relie le visuel, le visible, les jugements de valeur associés et le politique, ouvrant dès lors à l’analyse des contextes socio-politiques d’émergence des représentations. Enfin, et dans une perspective anthropologique, cette recherche tirera évidemment profit des recherches sur les faits migratoires.

Minorities and Medias. 8-9 déc. 2016, Levallois Perret

germedias« Minorities and media » colloque international 

coordonné par Catherine GHOSN & Belgin BILGE, groupe e recherche GERmédias.

Programme complet : ici 

L’objectif du groupe de recherche GERmédias vise à étudier le lien qui existe entre les “minorités” et les médias traditionnels ou numériques. Il faut considérer le mot “minorités” dans une acception large car il revêt un sens différent selon le pays, le contexte social, politique ou encore culturel dans lequel il est utilisé. Il implique aussi plusieurs axes de déclinaison selon les minorités dont il est question : minorités ethniques, culturelles, linguistiques, religieuses, genrées…autant d’angles de recherche qui demandent à manier ce concept avec précaution sur le plan scientifique. Ce colloque est le prolongement du séminaire international organisé en juin 2015, lequel avait posé les jalons de notre recherche en groupe. Il offre l’occasion d’analyser plus profondément trois axes : «Minorités et interculturalité», «Rituels, médias et minorités religieuses», et «Minorités et médias».

SC Business School

8/10 rue Victor Hugo, 92300 Levallois-Perret

Bâtiment ISC2Transports : Transilien L – Clichy-Levallois

Bus 53/341 – Alsace / Bus 94 – Reims/Hotel des impôts

Camps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 Paris

isccCamps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 

journées européennes ISCC

Présentation

Cette manifestation s’inscrit dans une réflexion initiée dès 2005 à l’université de Paris X-Nanterre, puis au CNRS, sur les problèmes d’information et de communication qui se posent dans des milieux désorganisés par des catastrophes : comment obtenir des savoirs urgents pour faire face à une situation non prévue et comment le faire dans un milieu dont l’organisation a été mise à mal de façon inattendue ?

La notion de milieu désorganisé, empruntée à la sociologie et à la psychopathologie, désigne un milieu dont les modes d’organisation familiaux, relationnels (Soubi, Rainan, Kohen) sont fortement détériorés. Dans le sens que nous lui donnons, un milieu désorganisé comprend des éléments physiques (sols), des artefacts (infrastructures, transports) et des êtres vivants (humains, animaux, germes, etc…). Sur le plan formel, un milieu désorganisé peut s’inscrire dans un cube virtuel se composant de trois strates : 1) une strate géologique, avec l’infrastructure du sol, où peuvent arriver des accidents (inondations, séismes, etc.) ; 2) une strate qui comprend les équipements, immeubles et leurs interactions ; 3) enfin une strate sociale et culturelle qui comporte la vie sociale et culturelle, la dimension sanitaire, les accidents ainsi que les problèmes à résoudre.

Le camp de réfugiés représente un milieu désorganisé spécifique : c’est un milieu « réorganisé » suivant des logiques propres, dans lequel l’espace et le temps sont bouleversés (oisiveté du temps de l’attente). Le camp présente trois caractéristiques constitutives définies par Michel Agier : l’extraterritorialité (le camp est un hors-lieu, souvent non identifié sur les cartes), l’exception (le camp est soumis à une autre loi que celle de l’État dans lequel il se trouve) et l’exclusion (le camp est la forme sensible d’une altérité)…. suite ici

A signaler, un intéressant programme, notamment avec la proposition suivante :

12h15 : En contrepoint de la communication par les médias, interroger le public de la rue par l’installation d’objets abandonnés par des migrants : Algeco, bateaux, gilets de sauvetage par Daniel PUROY, plasticien performeur.

Programme complet prog-29-30-sept-2016