Archives par mot-clé : Représentations

CFP. Politiques du corps (Rabat, Maroc)

     Appel à communication
Colloque le 08 – 09 décembre 2016 (RABAT)
L’institut Universitaire de la Recherche Scientifique
organise un colloque sous le thème :
 « POLITIQUES DU CORPS »
Le corps interroge de plus en plus les sciences sociales et humaines. Il s’impose comme sujet-objet de recherche, non seulement en tant que produit et représentation culturels, mais aussi comme matérialité propre, elle-même productrice des formes de vie et de sens. Les politiques du corps désignent justement cette subjectivité corporelle active et signifiante. Il s’agit donc d’interroger celles-ci non pas comme objets passifs soumis à l’investigation de l’intelligence (ou de l’esprit) d’un sujet transcendant, comme cela a été le cas dans les approches classiques, mais comme sujet qui exprime un réseau de relations et d’interactions où s’estompent les oppositions longuement consacrées entre le matériel et l’immatériel, l’apparence et l’essence, le visible et l’invisible, la nature et la culture, le biologique et le psychologique.
Cette problématique permet justement de penser le corps dans sa pluralité active et de réfléchir sur les frontières établies entre ces dichotomies et les articulations socio-anthropologiques de leur embrouillement. Il s’agit, en d’autres termes, de reprendre, à partir d’une perspective socio-anthropologique transdisciplinaire, qui privilégie les praxis, le questionnement spinoziste : « Qu’est-ce que peut un corps ? ». C’est à ce caractère distinctif du pouvoir corporel que renvoie le thème principal de ce colloque.
L’expression politiques du corps réfère, en effet, aux déploiements des formes de vie corporelles et aux jeux et enjeux de langage qu’elles impliquent dans tous les champs du social : le culturel, le religieux et le politique, le médical, le juridique et l’économique. Certes, tous ces domaines sont interreliés et on ne peut penser l’économique sans le social et sans le politico-juridique, comme on ne peut isoler le médical du politico-juridique et de l’éthique, tout comme on ne peut penser le religieux sans son articulation avec le politique.
L’idée du colloque est de se pencher sur les tensions et les interactions entre ces différents domaines où le corps s’érige comme lieu, outil, pensée et action. Objet (et producteur) du savoir sur l’humain comme sur le monde, le corps est devenu un enjeu multiple dans les pratiques sociales, politiques et culturelles actuelles, au point que les mouvances politico-culturelles en élaborent des visions stratégiques qui ne cessent de bouleverser la cartographie géopolitique de ce début du siècle. Nous nous référons ici évidemment à ces malformations politiques qui s’attaquent au corps comme chair tant au corps comme être.

Continuer la lecture de CFP. Politiques du corps (Rabat, Maroc)

Seconde rencontre de l’équipe. 23 mai 2016

La prochaine rencontre de l’équipe se tiendra le 23 mai 2016 dans les locaux du pôle recherche de l’INALCO, de 13h30 à 17h30.

Elle devrait permettre d’élaborer les premières catégories et mots-clefs d’analyse et ainsi la mise en place d’outils de veille précisés. Cette réunion précédera la publication des premiers billets du blog, de même que les premières missions de terrain.

Réunion de lancement du projet. 08 avril 2016.

009-09-Czerwony Bor071 - copie (2)
(c) Ph. Bazin. -Czerwony Bor

La réunion de lancement du projet (kick off) aura lieu le vendredi 08 avril 2016, de 15 à 18h, dans les locaux du pôle recherche de l’INALCO, 2 rue de Lille.

Il s’agit d’une réunion fermée, à laquelle seuls les membres de l’équipe et les directeurs des laboratoires concernés sont conviés. Les activités des prochains mois seront élaborées à l’occasion et annoncées sur ce carnet.

MIGROBJETS. Programme de recherche (mars 2016-mars 2018)

Carnet du programme de recherche MIGROBJETS

Représentation et circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public.

Projet financé par l‘INALCO dans le cadre de l’AAP Migrations & Altérités (mars 2016-mars 2018).

Coordination : Peter Stockinger (INALCO) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA / Non-lieux de l’exil)

Ce projet qui réunit des chercheurs du PLIDAM (INALCO), du CESSMA (UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO), du LICIA (Université Catholique de l’Ouest) et du programme Non-lieux de l’exil,  propose une analyse multilingue et pluridisciplinaire des images d’objets des exilés diffusés sur internet (journaux en ligne, plateformes pour les migrants, blogs, reportages photographiques, réseaux sociaux) afin d’en mesurer les impacts en termes de construction des figures du migrant dans les pays de destination et de départ. Depuis le naufrage d’octobre 2013 au large de l’île de Lampedusa , la multiplication d’images d’objets abandonnés par les migrants atteste de leur pouvoir d’évocation de la « crise migratoire » entre reconnaissance d’une communauté de biens et différenciation des appartenances culturelles. Le choix de certains objets plutôt que d’autres ; les affects et les usages sociaux diversifiés qu’ils véhiculent dans les pays de départ, de transit et d’arrivée ; les discours associés pour faire « parler » ces objets, contribuent à assigner une identité culturelle et sociale aux migrants, constituant ainsi un topos de l’exilé à la fois pérenne et régulièrement actualisé. Le statut des objets dans la migration apparait marqué par une dualité constitutive, tour à tour marchandise tangible et valeur affective; mémoire du pays d’accueil et symbole d’un nouvel établissement ; signe de l’intemporalité du fait migratoire et icone de l’actualité la plus dramatique, sphère privée et de l’espace public; objet de peu et de patrimoine. L’objet s’inscrit dans une doxa, i.e. de régimes de sens commun (de preuve, de vérité, de moralité, d’esthétique, d’utilité …) s’imposant à la parole de l’exilé et parfois se substituant au sujet migrant dans un transfert des propriétés des choses à celui des corps, minorés ou défunts. De fait, en tant que signe, l’objet pallie à l’absence de relation humaine et constitue un puissant vecteur d’intégration. En tant qu’acteur social, il révèle la condition faite à l’exilé.

Contacts :

Adresse postale : MIGROBJETS, bureau 430, INALCO, 2 rue de Lille 75007 Paris

Migrobets-logo-e1457287863693