AAC : Objets et sujets de la migration dans l’espace médiatique. Construction des discours et des représentations / Colloque 22-23 mai 2018

 Objets et sujets de la migration dans l’espace médiatique. Construction des discours et des représentations.  

 Colloque terminal programme Migrobjets / Appel à contributions

22 et 23 mai 2018, Auditorium – INALCO PARIS

deadline : 31 mars 2018 (voir ci-dessous)

Image du bandeau extraite de « Regarde ailleurs » (2018) film d’Arthur Levivier (courtoisie) : https://vimeo.com/251551551

Argumentaire

Le programme Migrobjets, financé par le conseil scientifique de l’INALCO dans le cadre de l’AAP Migrations & Altérités travaille depuis mai 2016 sur une analyse pluridisciplinaire des images d’objets concourant à la représentation des migrants et des faits migratoires tels qu’elles apparaissent notamment, mais de manière non exclusive, dans la presse et les réseaux sociaux.

Une telle thématique s’articule autour du constat suivant : depuis, au moins, le naufrage d’octobre 2013 au large de l’île de Lampedusa[1], la multiplication des images d’objets signale leur pouvoir d’évocation de la « crise migratoire » (Galitzine-Loumpet 2014) et la diversité des positions face à celle-ci, de l’adhésion ou de la dénonciation des politiques nationales ou européennes aux « politiques de la pitié » (Boltanski 1993).   Cette omniprésence des images d’objets invite en conséquence à repenser à la fois les régimes de valeur et de lisibilité des objets et leurs mises en relation avec les sujets, c’est-à-dire à interroger l’élaboration visuelle d’un topos du « migrant » à la fois pérenne et régulièrement actualisé.

De fait, le choix de certains objets plutôt que d’autres, les connotations d’origine, de genre (Anstett & Gelard 2012), d’âge ; les mises en scène ou les discours associés pour les faire « parler » s’inscrivent au coeur d’un véritable réseau d’interdiscours (Garric et Longhi 2013) et de référents visuels et textuels superposés dont il s’agit d’appréhender formes et composantes ainsi qu’usages sociaux (Weber 2014). Ces projections opèrent un transfert des qualités de l’objet vers celles des sujets dont elles signalent l’état ou la disparition : récurrence d’images d’objets-jouets anthropomorphes (du poupon en plastique aux peluches-doudous) pour en appeler à l’affect de l’enfance et à la compassion ou valeur supposée d’un smartphone utilisée pour décrédibiliser statuts et récits. La polysémie des objets, entre déchet et relique, leurs métamorphoses possibles et leurs modes de représentation participent ainsi d’une doxa (Stockinger 2001), i.e. en régimes de sens commun (Sarfati 2011) de natures variables (de preuve, de vérité, de moralité, d’esthétique, d’utilité …). Leurs différentes perceptions dans les pays d’accueil, producteurs de ces images, interrogent de ce fait un partage du sensible, système d’évidences donnant à voir à la fois un commun et un découpage des parts respectives (Rancière 2007) ou assignées. La neutralité axiologique apparente des objets pourrait-elle à la fois favoriser des processus de subjectivation et constituer un outil de désubjectivation ?

Continuer la lecture de AAC : Objets et sujets de la migration dans l’espace médiatique. Construction des discours et des représentations / Colloque 22-23 mai 2018

JE : Circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public / 31 janvier 2018

Circulation des objets de la culture matérielle
des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure
du migrant dans l’espace public

Journée d’étude du programme MIGROBJETS

Les Salons, 2 rue de Lille 75007 Paris – Entrée Libre

coordination : Frosa Pejoska (PLIDAM) & Monique Selim (CESSMA)

PROGRAMME
Présidence de séance : Peter Stockinger (Inalco,PLIDAM)

10h00-10h25
Albin Wagener – CoDiRe /Université de Nantes
Smartphone et Migration : la collision des représentations
10h30-10h55
Frosa Pejoska – PLIDAM/Inalco
La singer yoyoisée.
La machine à coudre et le yo-yo, deux objets migrants
11h00- 11h25

Monique Selim et Guo Wenjing – anthropologues CESSMA,
Université Paris Diderot/Inalco /IRD
La souillure des migrants

Discussion

Déjeuner

Présidence de séance : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)
14h00 – 14h25
Peter Stockinger – PLIDAM/Inalco
La visualisation du topos du migrant-envahisseur dans les
chaines vidéos sur la plateforme YouTube
14h30- 14h55
Christiane Vollaire – Philosophe (Non-lieux de l’exil)
Régimes d’image dans la représentation des objets
Pause-café
15h30 – 15h 55

Christina Alexopoulos  – psychologue
Le récit de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides : un objet des migrants ?

Discussion
Clôture de la journée d’études

Continuer la lecture de JE : Circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public / 31 janvier 2018

La machine à coudre et le yoyo:  la Singer yoyoïsée / Frosa Pejoska

La machine à coudre et le yoyo :  la Singer yoyoïsée

Objet d’étude 5

Frosa Pejoska (Plidam, Inalco)
 

Dans le titre « La Singer yoyoisée », nous avons deux objets migrants : la machine à coudre Singer et le yo-yo.

À l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, en 2007, Albert Pezzoni (1) fait don de la machine à coudre Singer de sa mère au musée tant elle lui semble indissociable de son histoire d’immigré. Sa mère, dit-il, la fit venir par train de sa Vénétie natale au début des années 1930 à Suresnes, là où la famille s’était établie. La machine à coudre, cet objet d’importation, devient un objet migrant au même titre que sa propriétaire. Objet vivant, puis objet de musée, il est l’objet de la mémoire d’une migration.

S’il est un objet que l’on retrouve dans la plupart des œuvres littéraires ou de témoignage d’immigrés, c’est bien la machine à coudre, et en particulier la Singer. Isaac Merrit Singer, fils d’émigrés originaires d’Allemagne, né à New York, « inventera » cette machine qui sera exportée, et produite, dans le monde entier. Il émigrera à son tour en Europe. Les premières machines fonctionnent avec une navette qui a la forme d’un bateau, d’où son nom « navette bateau », puis la forme évoluera et deviendra « navette obus » ou « navette sabot », pour finalement prendre un forme cylindrique qui ressemble fort au yo-yo. La machine à coudre comme le yo-yo utilise un fil/ficelle. De même le mouvement de l’aiguille de la machine dans laquelle est enchâssé le fil se déplace dans un mouvement continu de va-et-vient comme le yo-yo. Ces deux objets sont intrinsèquement liés à l’émigration. Dans leurs noms (et les différents noms donnés à la navette) est inscrite l’émigration, de même dans leur fonctionnement et dans leur usage.

Continuer la lecture de La machine à coudre et le yoyo:  la Singer yoyoïsée / Frosa Pejoska

Vidéos. Objets dans la migration, objets de l’exil : statuts, usages, devenirs / Journée d’étude 5 mai 2017

Les captations vidéos de la journée d’étude Objets dans la migration, objets de l’exil du 5 mai 2017 (programme ici ) sont dorénavant consultables, principalement à travers Firefox. 4 panels ont été filmés.

Panel 1 :    Caroline Rolland-Diamond,  Corinne Alexandre Garner Alexandra Loumpet-Galitzine,  Michel Agie,  Geetha Ganapathy-Doré,  Karen Akok,  Anouche Kunth

 

Panel 2 : Albin Wagener,  Claire Rodier Eugenia Vilela Alexandra Galitzine-Loumpet                                    

 

Panel 3 : Corinne Alexandre Garner,  Olivier Douville,  Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky,   Elise Billiard ,  Virginia Monteforte

 

Continuer la lecture de Vidéos. Objets dans la migration, objets de l’exil : statuts, usages, devenirs / Journée d’étude 5 mai 2017

Circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public