JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO

affiche-migrobjets21 novembre 2016 / 09h30-20h

Inalco pôle recherche 2, rue de Lille 75007 Paris Entrée libre

(M° Palais Royal, Saint Germain des Prés, rue du Bac/  Bus 24, 27, 39, 68, 69, 95 / R.E.R C – station Musée d’Orsay)

Argumentaire

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie, 1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Objets emportés, objets donnés, abandonnés, absents, retrouvés ou nouvellement acquis : à l’une et l’autre extrémité de l’expérience du déplacement spatial (la migration) et de ses effets sur le sujet dans la durée (l’exil),  à travers les pays de départ, de transit et d’arrivée, la culture matérielle incarne emboîtement de temporalités et de territoires. Mis en récit, l’objet devient signe, résiste à l’effacement, porte trace ou patrimoine.  Il s’inscrit ainsi dans un système référentiel plus large incluant médias, musées, cinéma et théâtre, qui participent conjointement à la construction de la figure du migrant/de l’exilé dans l’espace public. 

Le programme MIGROBJETS (INALCO) en association avec le programme NON-LIEUX DE L’EXIL voudrait revenir sur les objets de l’exil dans la littérature pour les mettre en lien avec les représentations contemporaines de la migration.  

Avec la performance théâtrale SICILIA de Clyde Chabot, compagnie « La communauté inavouable »

En partenariat avec la CIMADE et le festival Migrant’scènes.

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet & Peter Stockinger

Programme

Journée d’étude : Salons d’honneur

9h30  Accueil des participants 

9h45 Ouverture : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, vice-présidente chargée de la recherche

10h00-11h30  Présidente de séance : Corinne Alexandre Garner (Université Paris Ouest )

  • Catherine Gery (CREE-INALCO): Les objets de l’exil dans le texte-valise de Sergueï Dovlatov
  • Cécile Oumhani (Ecrivaine) : A la recherche du lieu perdu, le tapis
  • Delphine Pagès El Karoui (CERMOM-INALCO): Objets de la migration et fabrique de la nostalgie. Une lecture de Chicago d’Alaa al-Aswany

11h30 Pause-café

11h45-12h45 Présidente de séance : Camilla Maria Cederna (Université de Lille 3) 

  • Catherine Mazauric (CIELAM, Université Aix-Marseille) : La tristesse des meubles : inertie et motion des objets chez Fatou Diome
  • Frosa Pejoska (PLIDAM-INALCO) : Quand le roman devient l’objet du roman de l’étrangéisation lui-même objet de l’exil, Miguel de Unamuno- Comment on fait un roman

13h00-14h30 Déjeuner-buffet (salle 221) fourni par l’association Ile du monde

14h30-15h30  Présidente de séance :   Marie Poinsot (Revue Hommes & Migrations, Musée National de l’Immigration)

  • Nisrine Al Zahre (Enseignante-chercheur) : Le foulard en laine de Mariam, ma grand-mère
  • Mourad Yelles (LACNAD-INALCO): La brocante des identités : objets nomades et fictions post-coloniales dans « La Nuit des origines » (Nourredine Saadi)

15h30 Pause thé

15h45-16h45 Président de séance : Peter Stockinger (PLIDAM-INALCO)

  • Chowra Makaremi (IRIS – CNRS/EHESS): L’objet voulu comme « présence d’une absence », ou les vestiges d’une disparition
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA/ MIGROBJETS-Inalco/NON-LIEUX DE L’EXIL ): L’écho et emboîtement : le système des objets de l’exil

16h45 – 17h15 : Discussions conclusives animées par Marie Poinsot et Peter Stockinger

18h-20h  Salle des plaques: Représentation de Sicilia, de Clyde Chabot (La communauté inavouable) suivie d’une discussion. En collaboration avec le festival Migrant’scènes / Cimade

Attention, l’entrée pour la performance de Clyde Chabot est libre  avec inscription obligatoire (places limitées) : migrobjets@gmail.com

Présentation des intervenant(e)s

Corinne ALEXANDRE GARNER est maître de conférence HDR hors classe à l’ Université Paris Ouest, enseignante-chercheur au département d’études anglo-américaines, directrice du Centre de Recherches Espaces/Ecritures (CREA, EA 370), Responsable de la Bibliothèque de Recherches Lawrence Durrell. Elle dirige la collection « Chemins croisés » des Presses universitaires Paris Ouest. Parmi ses nombreuses publications, consacrées à Lawrence Durell et aux écritures de la migration  : « Penser ailleurs » dans Frontières, marges et confins, C. Alexandre-Garner (ed.), (13-27), Presses universitaires de Paris Ouest, 2008 ; « Étranges mots étrangers et langue hantée » dans L’étranger dans la langue, E. Eells, C. Berthin, J.-M. Déprat ‘eds) Presses universitaires de Paris Ouest, 2013; , « L’objet migratoire dans La Grande maison de Nicole Kraus » dans Multicultures et écrits migratoires, E. Sabiston (ed.), Toronto, University of York Presses, 2014; « Le récit comme lieu de l’hospitalité » dans Migrations/Translations, M. Ahmed, C. Alexandre-Garner & al., (eds)  Presses universitaires de Paris Ouest, 2015. Elle est membre du programme Non-lieux de l’exil.

Nisrine AL ZAHRE.  Enseignante, traductrice et occasionnellement écrivaine. Née en 1973 à Damas, les années 80 et la terreur de l’état policier en Syrie ont marqué son histoire familiale et son identité à jamais. Après une licence de littérature et de langue françaises à l’université de Damas, elle s’est installée à Paris entre 1997 et 2004 pour préparer une thèse de doctorat en sciences du langage à l’Université de Paris VIII, une autre station marquante dans son parcours. De retour à Damas, fin 2004, elle a enseigné à Homs et Damas pendant 10 ans avant de retourner à Paris à nouveau, mais comme refugiée cette fois-ci. Elle n’avait  jamais connu l’écriture en dehors de la Linguistique, avant le déclenchement de la révolution syrienne  en 2011. Depuis, elle a écrit dans différentes revues et sites du Moyen Orient et a traduit des écrits produits durant la révolution vers le français. Elle s’intéressait surtout à la subjectivité du drame Syrie, tel qu’il est vécu par les individus.  Depuis son arrivée en France à la fin de 2014, elle travaille comme enseignante dans les établissements de l’enseignement supérieur et trouve de moins en moins des occasions pour écrire. Elle a été invitée à deux reprises dans des événements culturels parisiens dont le thème était « l’immigration et l’exil » pour parler de sa propre expérience de l’exil.

Camilla Maria CEDERNA née à Rome, enseigne la littérature et la culture italiennes à l’Université de Lille 3. Sa recherche porte sur la circulation (traductions, adaptations, réécritures) du théâtre italien en Europe entre XVIIe et XIXe siècles. Elle a publié plusieurs articles, ainsi que les ouvrages : Imposture littéraire et stratégies politiques : le Conseil d’Égypte des Lumières siciliennes à Leonardo Sciascia, Champion, Paris, 1999; (avec V. Perdichizzi) (dir.), La nation au théâtre/une théâtre pour la nation, Edizioni dell’Orso, Alessandria, 2015 ; (dir.) Traduzioni, adattamenti, adozioni : tradurre il teatro del Sei Settecento oggi, Thema/Open Access Research Journal for Theatre, Music, Arts, vol. 3, N° 1-2, 2014;  (dir.) Le théâtre italien en France au XVIIIe siècle : entre attraction et dénégation, CEGES, Lille 2012. Elle écrit (en italien, français et anglais), et traduit de textes poétiques du français et de l’anglais en italien, et de l’italien en français, publiés dans des revues. Parmi ses publications : avec Mohamed Moksidi, AR aller/retour andata e ritorno back and forth ذھﮪﮬﻫابا وإﺇﯾﻳابا ombres entre les langues ombre le lingue shadows between language, dans la revue Il porto di Toledo, Università La Sapienza, Roma; Poémas de Camilla Cederna dans la revue mexicaine La Otra (août 2015) http://www.laotrarevista.com/2015/08/poemas-de-camilla-m-cederna/; « l’attente- a espera », dans Sigila, n. 37, printemps-été 2016, Gris-France. Elle est responsable de la rédaction internationale de la revue critique et littéraire marocaine La Vague culturelle (http://elmawja.com/). Son recueil de poèmes Voix d’exil / esilio di voci, est en cours de publication (ATI, Brescia).

Clyde CHABOT.  Après des études à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (section service public), Clyde Chabot obtient un Doctorat à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris III sur Le théâtre de l’extrême contemporain dans la société. Elle est metteur en scène au sein de la compagnie La Communauté inavouable, fondée en 1992, implantée depuis juillet 2010 au 6B à Saint-Denis et subventionnée par le Conseil Régional d’Ile-de-France au titre de la permanence artistique depuis 2005. Elle met en scène ses propres textes qui portent sur le rêve politique et la chute des idéologies, le dysfonctionnement amoureux et les racines. Elle monte aussi les textes d’auteurs contemporains (Robert Pinget, Heiner Müller, Maurice Maeterlinck, Yan Allegret, Sarah Kane).  Elle met en jeu une confrontation entre le théâtre et les autres arts : opéra, création sonore, arts visuels, vidéo, arts numériques, radio, marionnettes…dans un rapport performatif au présent.   Ses créations proposent souvent aux spectateurs une position de complices, témoins ou convives. Clyde Chabot a coordonné en 2007 le numéro 184 de la revue Théâtre / Public, Théâtre contemporain : écriture textuelle, écriture scénique  et OFF LIMITS / Programmation scénique expérimentale en Ile-de-France en partenariat avec six lieux d’Ile-de-France (2007 et 2008).  Elle a enseigné à l’Université de Bordeaux 3 en tant que metteur en scène associé pendant une dizaine d’année ainsi que dans les Universités de Provence et de Paris 3. 

Alexandra GALITZINE-LOUMPET est docteur en archéologie et anthropologie (Université Paris I). Elle travaille sur la culture matérielle, les représentations de l’altérité et les processus patrimoniaux et depuis plusieurs années sur l’exil et la migration. Après avoir été près de vingt-ans MCF à l’université de Yaoundé I, elle a enseigné et travaillé dans plusieurs institutions françaises. Elle a notamment fondé et co-dirigé (avec A. Nouss) le programme de recherche Non-lieux de l’exil entre 2011 et 2015 et en est aujourd’hui la responsable, et co-dirige le programme MIGROBJETS avec Peter Stockinger. Elle est asssocié au CESSMA.  Parmi ses publications :   « Pour une typologie des objets de l’exil », Working paper  FMSH sur HAL-SHS (10 p.) sept. 2013,   “Exil (Objets)”, Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. Peter Lang eds. 2014, pp.188-202 ,  “The Material Culture of Displacement: from the Artefact to the Imaginary Museum”.   People & Things on the Move: Migration and Material Culture (University of Chicago), 2015;  « Habiter l’exil : le corps, la situation, la place » dans l’ouvrage collectif Décamper, de Lampedusa à Calais. La découverte nov. 2016.  Elle coordonne le projet Displaced Objects et rédige actuellement une HDR intitulée Objets en exil / objets de l’exil.

Catherine GERY est professeure de littérature russe à l’INALCO, membre du Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE), directrice de la revue Slovo et co-directrice de publication de la collection Europe(s) aux Presses de l’Inalco. Elle est spécialiste de l’œuvre de Nikolaï Leskov à qui elle a consacré de nombreux articles et ouvrages, ainsi que des traductions qui ont été couronnées en 2003 par le Prix Halpérine-Kaminsky « découverte ». Elle vient de faire paraître un essai intitulé Crime et sexualité dans la culture russe (à propos de la nouvelle de Nikolaï Leskov Lady Macbeth du district de Mtsensk et de ses adaptations) aux éditions Honoré Champion (2015). Sa monographie intitulée Leskov, le Conteur. Réflexions sur Nikolaï Leskov, Walter Benjamin et Boris Eichenbaum est sous presses aux éditions des Classiques Garnier. Ses recherches actuelles portent également sur les transferts culturels (le traitement des héritages du XIXe siècle) et l’intermédialité (l’adaptation des classiques littéraires russes par le cinéma). Cf. Catherine Géry, Hélène Mélat (éd.), Le littéraire et le visuel dans la culture russe des XXe et XXIe siècles : citations, adaptations, transfertsSlavica Occitania, Toulouse, 2014 et Catherine Géry, KinoFabula. Essais sur la littérature et le cinéma russes, Paris, Presses de l’Inalco, 2016.

Chowra  MAKAREMI  est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ils s’articulent autour de deux thèmes : Une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables et les parcours négociés à l’intérieur et en marge des espaces de prise en charge, ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Une anthropologie de la violence qui s’attache aux constructions d’une mémoire de la violence post-révolutionnaire en Iran et ses usages politiques (répression collective et massacres de masse, dispositifs d’invisibilités, pratiques intergénérationnelles de souvenir). Parmi ses publications :  Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne,  Paris, Gallimard, coll. Témoins, 2011 ; (avec D. Fassin, Y. Bouagga, I. Coutant, J.-S. Eideliman, F. Fernandez, N. Fischer, C. Kobelinsky, S. Mazouz, S. Roux)  Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil, 2013 ; et (avec C. Kobelinsky) (dir.), Le confinement des étrangers: l’enfermement dehors, Éditions du Croquant, 2009. Elle est membre des programmes Non-Lieux de l’exil et Migrobjets http://iris.ehess.fr/index.php?1240.

Catherine MAZAURIC est professeure de littérature contemporaine d’expression française, directrice adjointe du CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille) à l’université d’Aix-Marseille. Elle a enseigné de 1982 à 1999 dans l’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest (Mali, Cap-Vert, Sénégal), puis a été maître de conférences à l’Université Toulouse-Jean Jaurès jusqu’en 2014. De 2010 à 2016, elle a été Secrétaire générale de l’Association pour l’étude des littératures africaines (APELA). Ses recherches portant sur les littératures francophones, les littératures africaines et les écritures migrantes investiguent le champ des relations entre littératures et migrations. Parmi ses publications : Mobilités d’Afrique en Europe : récits et figures de l’aventure (Karthala, 2012), La Migration prise aux mots : mises en récits et en images des migrations transafricaines (Le Cavalier bleu, 2014, avec Cécile Canut), L’Afrique en mouvement : imaginaires migratoires et dynamiques sociales au sud de la Méditerranée (Horizons maghrébins 68/2013, avec Momar D. Kane), Littératures et migrations transafricaines (Etudes littéraires africaines 36/2013, avec Alioune Sow).

Cécile OUMHANI Poète et romancière, Cécile Oumhani est née en Belgique. Elle vit en région parisienne. Après avoir été enseignant-chercheur à l’Université de Paris-Est Créteil, elle se consacre désormais entièrement à l’écriture. Elle a publié de nombreux recueils de poèmes dont « La nudité des pierres » chez Alain Gorius/Al Manar en 2013 et « Passeurs de rives » aux éditions La Tête à l’Envers en 2015. Elle est l’auteur de plusieurs romans, dont « Les racines du mandarinier » réédité en format poche chez Elyzad en 2016 et « Tunisian Yankee » publié aussi chez Elyzad en 2016. Elle a reçu le prix européen francophone Virgile 2014 pour l’ensemble de son œuvre. Elle est membre du comité de rédaction de « Siècle 21 » et collabore aussi à « Europe », « La Traductière », « Babelmed » ainsi que la revue américaine en ligne « Words Without Borders ».

Delphine PAGES-EL KAROUI est maître de conférences en géographie au département d’Etudes arabes de l’INALCO, rattachée au CERMOM (Centre de Recherche Moyen-Orient Méditerranée). Après un doctorat de géographie urbaine sur les villes secondaires du delta du Nil, ses recherches actuelles portent sur les migrations égyptiennes (réseaux transnationaux, diasporas, imaginaires migratoires) dans une perspective comparée Europe/Golfe et sur les enjeux spatiaux des révolutions arabes. Elle est membre du groupe de recherche Sociétés Plurielles (Université Sorbonne-Paris-Cité) et dirige avec Stéphane Sawas le programme Imaginaires migratoires (INALCO). Elle est l’auteur de 3 livres, 10 articles dans des revues à comités de lecture et 14 chapitres d’ouvrages. Elle vient de coordonner, avec Marie-Antoinette Hily, un numéro spécial de la Revue Européenne des Migrations Internationales Maghreb-Moyen-Orient : le temps des révolutions

Frosa PEJOSKA, professeur des universités, habilitée en langue, littérature et civilisation macédoniennes, est responsable de la section des Études macédoniennes et co-directrice du master disciplinaire Oralité et anthropologie, à l’INALCO. Ses travaux portent sur l’émigration temporaire macédonienne : la pečalba ou le passage du fait social à la coutume, qui a pour sens de figurer le nouveau rite initiatique des hommes. Élargissant ses travaux aux littératures balkaniques, elle montre comment le phénomène social de l’émigration transformé en phénomène culturel a donné naissance à un nouvel imaginaire, lequel produit un nouveau genre littéraire : le roman de l’étrangéisation, concept qu’elle forge en 1995. Ses travaux sur l’enfant – l’enfant objet de tous les projets de création de « l’homme nouveau » par la transformation de son identité – l’amène à penser le phénomène du janissariat comme une autre forme du phénomène culturel de l’émigration. L’étude des œuvres littéraires des enfants rescapés du génocide, Danilo Kiš, Aharon Appelfeld et Imre Kertesz, lui a permis de poser la distinction entre les écritures testimoniales des adultes et celle des enfants rescapés de la shoah. Ses travaux de recherche portent donc sur les formes étrangéisées en littérature, sur les phénomènes anthropologiques qui transforment l’humain en étranger (pečalbar, janissaire, mamelouk) et sur la métamorphose de l’imaginaire, sous l’influence du phénomène culturel de l’émigration. Elle est membre du programme Migrobjets.

Marie POINSOT, diplômée de Sciences Po Paris, ancienne étudiante de l’Institut Européen  de Florence (1987-1990), étude post-doctorale à La New School for Social research à New York City (1992-1994), titulaire d’un doctorat de sciences politiques à l’IEP de Paris (1994). Professionnellement, assistante de la direction internationale de l’IEP de Paris (1990-1992), puis responsable du service Réseau et développement européen de l’ADRI (1994-2005). En charge du développement des réseaux lors de la préfiguration de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, puis à partir de 2005, rédactrice en chef de la revue Hommes et Migrations, une revue spécialisée sur les phénomènes migratoires en France et dans le monde et début 2007, cheffe du département Editions du Musée de l’Histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée). Elle a dirigé avec Nancy L. Green  Histoire de l’immigration et question coloniale en France (La documentation française, 2008), puis avec Marianne Amar et Catherine Wihtol de Wenden A chacun ses étrangers ? France-Allemagne de 1871 à aujourd’hui (Actes Sud, 2009) et vient de coordonner avec Serge Weber Migrations et mutations de la société français. Etat des savoirs. (La Découverte,  2014).

Peter STOCKINGER est professeur des universités (spécialité : sémiotique du texte, analyse du discours, communication interculturelle), directeur de la filière Communication Interculturelle et membre du PLIDAM. Après avoir créé en 1990 et dirigé pendant 25 ans le programme de recherche ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et nouveaux Médias) à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Pendant son activité de directeur de l’ESCoM, il a conçu et réalisé le programme « Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR) qui représente aujourd’hui, entre autre, un patrimoine de quelques 7500 heures de films scientifiques en ligne ; il a dirigé ou participé en tant que chercheur, depuis 1996, à 15 grands projets européens (ESPRIT IV, FP5, FP6, FP7) et, depuis 2002, à 4 projets ANR consacrés aux plateformes numériques d’archivage, d’analyse et de publication/republication de corpus audiovisuels documentant des patrimoines scientifiques et, plus largement, culturels. Il a publié 6 monographies scientifiques (dont une en allemand et deux traduites en anglais), une dizaine d’ouvrages collectifs et une cinquantaine d’articles dans des revues scientifiques reconnues. Il codirige le programme Migrobjets (INALCO).

Mourad YELLES est professeur des universités en littératures maghrébines et comparées à l’INALCO, directeur-adjoint du LACNAD et responsable de la composante CREAM (Centre de recherche et d’études sur l’arabe maghrébin).  Après des études de lettres (françaises et anglaises) à l’Université d’Alger, il entame des études doctorales dans le domaine de la folkloristique et de la littérature orale, d’abord en Angleterre (SOAS), puis à la Sorbonne (Paris 3). En 1980, il regagne l’Algérie et entame sa carrière d’enseignant au sein du Département de Français de l’Université d’Alger et mène différentes recherches portant sur le champ littéraire algérien (production orale en arabe algérien et écrite en francophonie).  En 1995, il arrive en France où il occupe différentes fonctions au sein des universités Paris VIII et Paris III. Spécialiste des littératures maghrébines (en arabe maghrébin et francophones),  ses travaux concernent les répertoires oraux (principalement féminins) de la tradition maghrébine mais aussi les phénomènes de métissage des formes, pratiques et imaginaires impliqués dans la production littéraire contemporaine (orale et écrite) de l’aire nord-africaine dans une perspective comparatiste (aires francophones d’Afrique du nord, d’Amérique et des Antilles). Parmi ses publications, Les Miroirs de Janus. Littératures orales et écritures postcoloniales (Alger, OPU, 2002), Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace (Paris, L’Harmattan, 2005), Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (1988-2004) (Alger, Casbah Editions, 2006), Traduire la pluralité du texte littéraire (avec Patrick Maurus et Marie Vrinat-Nikolov, Paris, 2015).

CMJN de baseimages-2logo-cree

telechargement-2

version_8
nlelacimade_iledefrancechampagne_rougelogo-migrantscene-la-cimade


10 réflexions au sujet de « JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO »

  1. Bonjour,
    Je n’ai pas pu assister à la journée d’étude sur « l’objet de la migration » mais j’ai vu que certaines conférences de « NON LIEUX DE L’EXIL » ont pu être filmé.
    Je me demandais si vous aviez enregistré la conférence ou si elle aura de nouveau lieu?
    Je vous remercie pour votre réponse.
    Bonne journée
    Cordialement
    Noémie

  2. Madame, Monsieur,

    Pourriez-avoir l’obligeance de m’inscrire à la journée du 21 novembre 2016, « l’objet de la migration » ou me dire comment y arriver de façon simple car ne j’ai pas d’ordinateur personnel et vous contacte par l’extérieur.

    1. Bonjour,

      C’est chose faite : la journée d’étude est libre d’entrée, sans inscription. Je vous inscrit également à la performance théâtrale – merci de me confirmer sur le mail migrobjets@gmail.com, si vous ne désirez pas y assister.

      Cordialement

  3. Bonjour,

    Je voudrais m’inscrire pour une place pour le spectacle Sicilia, de Clyde Chabot. Merci de m’indiquer la marche à suivre pour m’inscrire.

    Nabil AHMED
    06 49 29 53 63

    1. ’inscription au solo SICILIA de Clyde Chabot est obligatoire, en raison du nombre de place. Attention, l’entrée pour la performance de Clyde Chabot est libre ‘inscription obligatoire (places limitées) : migrobjets@gmail.com

    1. Bonjour, merci de votre intérêt. Il n’est pas nécessaire de réserver pour la journée d’étude. En revanche, une inscription sera mise en place dans les prochains jours pour la performance théâtrale de Clyde Chabot.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *