Migration et communication : le smartphone comme nouvelle « boussole intime » / Albin Wagener

Migration et communication : le smartphone comme nouvelle « boussole intime »

Albin Wagener (CoDiRE, EA4643 – Université de Nantes)

 

               Le but de notre travail est de proposer une étude sémiotico-discursive à partir d’éléments picturaux issus du moteur de recherche Google, qui mettent en scène, à travers des photographies variées, des images de migrants munis de smartphones. Ces images donnent à voir une réalité connue des travailleurs sociaux qui accompagnent les migrants sur le terrain, à savoir l’utilisation massive de smartphones pour ces populations en transit, dans la mesure où ces dispositifs de communication leur permettent de garder contact avec leurs familles ou leurs proches, soit restés dans leur pays d’origine, soit eux-mêmes jetés sur d’autres routes, dans l’espoir d’un avenir meilleur. Le corpus, constitué d’un peu plus d’une trentaine d’image, peut déjà être divisé en trois catégories :

  • Des photographies représentant des migrants seuls, dans le noir par exemple, consultant leur smartphone dans un univers d’intimité ;
  • Des photographies représentant des migrants, le plus souvent en groupe, autour de prises de courant qui permettent aux smartphones d’être rechargés ;
  • Des photographies représentant des migrants dans des postures de prises de photo en « selfie », avec le plus souvent des sourires et des manifestations physiques de joie.

Ces grands ensembles seront étudiés à travers plusieurs filtres conceptuels, afin de pouvoir repositionner, de manière critique, la représentation médiatique des migrants vis-à-vis de nos sociétés :

  • La problématique de l’identité (Brubaker & Cooper 2000), et notamment la manière dont celle-ci peut-être réifiée de façon abusive ;
  • La thématique de la représentation comme institution (Boltanski & Thevenot 1991), dans la mesure où elle dit, voire oblige, une certaine manière d’envisager la structure sociétale ;
  • La diffusion cognitive de l’émotion (Frijda 2003) et les biais de manipulation qui peuvent la régir (Hart 2013 ; Maillat 2013).

Ces trois axes seront abordés à travers une méthodologie déjà mise à l’épreuve dans l’étude de communautés en ligne (Wagener 2013), et adaptée à la circulation des images digitalisées, notamment leur réutilisation médiatiques et médiatisées (Kopytowska 2015). Dans ce sens, nous nous appuierons sur les notions d’interdiscours (Garric & Longhi 2013), de traitement de l’information (Stockinger 2011) et de sens commun (Sarfati 2011). Nous postulons le fait que ces images posent des récits de vie orientés, qui donnent d’abord à voir la manière dont nos sociétés médiatiques considèrent les réfugiés ou migrants (Ochs & Capps 2001) à travers des mécanismes narratifs spécifiques (Varis & Blommaert 2015). Ces mécanismes narratifs se croisent en constituant des arcs discursifs distincts (Howarth 2000 ; Torfing 2005), soit de véritables systèmes discursifs qui ne donnent pas un état du monde, mais construisent des récits à propos de cet état. L’analyse de ces récits se fera grâce à l’utilisation de la théorie cognitive des espaces discursifs, et notamment déictiques (Chilton 2005), dans une perspective de recherche de la construction du sens et de ses effets pragmatiques sur la construction sociale et institutionnelle des sociétés, et de la figure du migrant au sein de celles-ci (Wagener 2016). In fine, il s’agira d’examiner la manière dont l’enchevêtrement de ces différents systèmes discursifs donnent des indications sur les rapports de pouvoir qui colonisent les relations entre individus, plus précisément ceux qui se considèrent comme partie prenante d’une société, et ceux qui sont considérés comme exclus de celle-ci (Wartenberg 1990). Les résultats seront notamment discutés dans la mesure où ils semblent opposer deux artefacts sémiotiques a priori inconciliables : le smartphone, comme totem du progrès digital et communicationnel, soumis à un certain prix et donc accessible en fonction de cette négociation marchande ; puis le migrant, comme symbole du déracinement et de la dépossession, tel que construit dans les imaginaires de nos sociétés, soit comme figure de la personne humaine à secourir dans une représentation de paupérisation qui peut, parfois, rappeler certains réflexes néocolonialistes, ou bien comme problème à traiter pour les politiques publiques, voire à repousser en le maintenant aux portes d’un pays, quitte à nier la dignité humaine élémentaire.

Bibliographie indicative : 

  • Boltanski, L., Thevenot, L. (1991). De la justification. Les économies de la grandeur. Paris : Gallimard.
  • Brubaker, R., Cooper, F. (2000). ‘Beyond ‘Identity’’, Theory and society, 29, 1-47.
  • Chilton, P. (2005). ‘Discourse space theory : geometry, brain and shifting viewpoints’, Annual review of cognitive linguistics, 3, 78-116.
  • Fairclough, N. (2005). ‘Discourse analysis in organizational studies : the case for critical realism’, Organization studies, 26 (6), 915-939.
  • Frijda, N.H. (2003). ‘Passions : l’émotion comme motivation’. In J.-M. Colletta & A. Tcherkassof (Eds), Les émotions. Cognition, langage et développement (pp. 15-32). Sprimont : Mardaga.
  • Garric, N. & Longhi, J. (2013). ’Atteindre l’interdiscours par la circulation des discours et du sens’, Langage et Société, 144 (2), 65-83.
  • Hart, C. (2013). ‘Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration’, Journal of pragmatics, 59, 200-209.
  • Howarth, D. (2000). Discourse. Buckingham : Open University Press.
  • Kopytowska, M. (2015). ‚Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality‘, Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Maillat, D. (2013). ‘Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation’, Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Ochs, E. & Capps, L. (2001). Living Narrative: Creating Lives in Everyday Storytelling. Harvard : Harvard University Press.
  • Sarfati, G.-E. (2011). ‘Analyse du discours et sens commun : institutions de sens, communautés de sens, doxa, idéologie’. In J. Guilhaumou & P. Schepens (Eds), Matériaux philosophiques pour l’analyse du discours (pp. 139-174). Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • Stockinger, P. (2001). Traitement et contrôle de l’information. Paris : Hermès.
  • Torfing, J. (2005). ‘Discourse theory : achievements, arguments, and challenges’. In D. Howarth & J. Torfing (Eds), Identity, policy and governance (pp. 1-32). London : Palgrave Macmillan.
  • Varis, P. & Blommaert, J. (2015). ‘Conviviality and collectives on social media : virality memes and new social structures’, Multilingual margins, 2 (1), 31-45.
  • Wagener, A. (2013). ‘Emergence et diffusion d’items identitaires et culturels : le cas de la communauté en ligne 9gag’, Recherches en communication, 40, 209-225.
  • Wagener, A. (2016). ‘Sémantique des possibles argumentatifs et théorie de la proximisation : vers un modèle pragmatique hybride d’analyse critique du discours’, Scolia, 30, 157-172.
  • Wartenberg, T.E. (1990). The forms of power. From domination to transformation. Philadelphia : Temple University Press.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *