La machine à coudre et le yoyo:  la Singer yoyoïsée / Frosa Pejoska

La machine à coudre et le yoyo :  la Singer yoyoïsée

Objet d’étude 5

Frosa Pejoska (Plidam, Inalco)
 

Dans le titre « La Singer yoyoisée », nous avons deux objets migrants : la machine à coudre Singer et le yo-yo.

À l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, en 2007, Albert Pezzoni (1) fait don de la machine à coudre Singer de sa mère au musée tant elle lui semble indissociable de son histoire d’immigré. Sa mère, dit-il, la fit venir par train de sa Vénétie natale au début des années 1930 à Suresnes, là où la famille s’était établie. La machine à coudre, cet objet d’importation, devient un objet migrant au même titre que sa propriétaire. Objet vivant, puis objet de musée, il est l’objet de la mémoire d’une migration.

S’il est un objet que l’on retrouve dans la plupart des œuvres littéraires ou de témoignage d’immigrés, c’est bien la machine à coudre, et en particulier la Singer. Isaac Merrit Singer, fils d’émigrés originaires d’Allemagne, né à New York, « inventera » cette machine qui sera exportée, et produite, dans le monde entier. Il émigrera à son tour en Europe. Les premières machines fonctionnent avec une navette qui a la forme d’un bateau, d’où son nom « navette bateau », puis la forme évoluera et deviendra « navette obus » ou « navette sabot », pour finalement prendre un forme cylindrique qui ressemble fort au yo-yo. La machine à coudre comme le yo-yo utilise un fil/ficelle. De même le mouvement de l’aiguille de la machine dans laquelle est enchâssé le fil se déplace dans un mouvement continu de va-et-vient comme le yo-yo. Ces deux objets sont intrinsèquement liés à l’émigration. Dans leurs noms (et les différents noms donnés à la navette) est inscrite l’émigration, de même dans leur fonctionnement et dans leur usage.

Le yo-yo est l’un des premiers jeux inventés, avec la toupie, il est chargé de sens anthropologiques profonds (temps cyclique comme représentation du monde dans les sociétés premières, mythe de l’éternel retour, etc.). Le yo-yo est aussi appelé « émigré, émigrette, émigrant ». Dès 1991, dans nos premiers travaux sur l’émigration, nous avions montré que le yo-yo définissait parfaitement l’émigré macédonien, le petchalbar .

« Nombreux sont ceux qui ont essayé au moins une fois dans leur vie de jouer du yo-yo, ce jouet “formé d’un disque de bois, de matière plastique, etc., évidé comme une navette, que l’on fait descendre et monter le long d’un fil attaché à son axe. ”(2)

Or ce jouet connu communément sous le nom de yo-yo est désigné également par le terme “émigrette” mais aussi par les termes “émigrant” et “émigré”, dérivés de “émigrer”. De plus, ce jeu “était en vogue au temps de l’émigration” et plus précisément “pendant l’émigration de 1790”. Aussi à cette image que nous avons en notre esprit du disque envoyé par une pression au bout de la ficelle et qui revient obligatoirement à son point de départ, nous ne pouvons nous empêcher d’y rattacher celle du petchalbar [émigrant macédonien] qui, poussé hors de chez lui, plus ou moins loin suivant le cas, doit obligatoirement revenir à son point de départ. Puis le mouvement se répète, inlassablement, dans un va-et-vient parfaitement identique, jusqu’à ce que la corde cède et qu’il n’y ait plus de départ ou de retour. »

En 1995, étudiant l’émigration croate, à travers l’écrivain Miroslav Krleža, nous découvrions son concept sur la « yoyoisation de l’existence », soit « une perpétuelle émigration ».

« Cette vie, qui est la nôtre, cette existence kitsch ‘‘nous force à jouer du yo-yo’’, dit Krleža. En s’appuyant sur une note explicative, il définit ce jeu comme un jeu parfaitement ‘‘sénile’’, mais ‘‘étrangement symptomatique de l’époque dans laquelle nous vivons’’. »

« Krleža ajoute également, comme par un ultime souci de précision, que ce jeu est appelé ‘‘émigrette’’ (en français dans le texte), car ce jeu était très en vogue pendant la révolution française. Les émigrants français jouaient de l’émigrette en attendant avec ténacité la chute de la terreur jacobine. Krleža connaît donc tous les sens du mot yo-yo, et lorsqu’il dit que l’existence kitsch ‘‘nous force à jouer du yo-yo’’, à yoyoiser, tout en nous donnant l’autre nom de ce jeu (émigration), il veut dire par-là que notre existence est une yoyoisation, c’est-à-dire une perpétuelle émigration. »(3)

L’écrivain fait aussi le lien entre guerre et émigration avec la Première Guerre mondiale au travers de la figure de Mars, le dieu de la guerre et de l’émigration : « Mars, Dieu croate » se mondialise.

Dans ce travail, en une première partie, nous traiterons : « De l’objet yo-yo au concept de yoyoisation » ; en une seconde partie, nous étudierons : « La Singer migrante ». En une troisième partie, nous montrerons comment le concept de yoyoisation permet de lier ces deux objets migrants.

(1) « Objet d’importation destiné à la vente en Italie avec Antonio, source de revenus potentiels pour Antonia en France, support de mémoire incorporé au patrimoine national depuis le don d’Albert, cette machine à coudre et ses différents usages évoquent et condensent en définitive un large pan d’une histoire familiale qui s’écrit en continu. Avec ses filles, Claire et Anne, Albert revient en effet fréquemment en Italie. Pour la famille, pour le tourisme, voire pour le “tourisme généalogique” lorsqu’il décide de partir sur les traces de ses parents. Les souvenirs s’échangent, avec Elsa, les cousins, et la mémoire familiale se transmet. Les vies d’Antonia et d’Angelo résonnent alors dans celles des générations suivantes. Elles le feront bientôt dans les vitrines du musée de la Porte Dorée, lorsque la machine à coudre de la famille Pezzoni accomplira sa dernière mue en date et deviendra pleinement objet de musée ». Fabrice Grognet, « Les métamorphoses de la machine à coudre de la famille Pezzoni », Hommes et migrations [En ligne], 1280 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013. URL : http://hommesmigrations.revues.org/320

(2) Frosa Pejoska, L’émigration macédonienne (la petchalba), une nouvelle forme d’initiation, ou Du fait social à la coutume, mémoire de D.E.A., INALCO, Paris 1991, publié dans L’Intranquille, Paris, 1994.

(3) Frosa Pejoska, thèse : Le phénomène culturel de l’émigration une nouvelle forme d’imaginaire (sur l’exemple de la littérature croate), Institut National des Langues et Civilisations Orientales, 1995, publiée en Microforme de :#3 vol. (653 f.) : ill. ; 30 cm.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.