Archives par mot-clé : Corps

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace / Alexandra Galitzine-Loumpet

 

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace.

Objet d’étude 3

 Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)

En paire, en tas ou isolées,  neuves ou déformées, dans l’ensemble de leurs aspects fonctionnels, sexués ou climatiques, les chaussures comptent parmi les objets symboles du déplacement et, partant, de la migration et de l’exil. Elles disent le corps, tour à tour mobile et actif ou immobilisé et contraint, ses voies de passage et ses frontières, la gestuelle associée – c’est à dire ses techniques, au sens de Mauss – ; le territoire dans sa signification réelle ou métaphorique et dans son parcours ; l’habiter, de l’abri provisoire aux camps aux formes culturelles de l’hospitalité ;  le commun et la différence, de la reconnaissance d’un bien de consommation à l’altérisation par l’état, la forme et la relation au sujet; l’économie spécifique et les arts de faire des espaces de transit et de confinement, des collectes et dons humanitaires aux marchés informels et aux formes de conservation des exilés eux-mêmes ; la violence – symptomatiquement, la violence aux frontières s’est souvent accompagnée de la confiscation des chaussures –; l’inscription sociale et les valeurs d’un objet du commun ; le statut et les processus de désubjectivation / resubjectivation de l’être désigné comme « migrant » dans les régimes de représentation et de médiatisation, c’est-à-dire aussi la condition qui lui est faite.

Continuer la lecture de Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace / Alexandra Galitzine-Loumpet

CFP / Politiques du corps (Rabat, Maroc)

L’institut Universitaire de la Recherche Scientifique
organise un colloque sous le thème :
 « POLITIQUES DU CORPS »
Colloque les 08 – 09 décembre 2016 (RABAT)
Le corps interroge de plus en plus les sciences sociales et humaines. Il s’impose comme sujet-objet de recherche, non seulement en tant que produit et représentation culturels, mais aussi comme matérialité propre, elle-même productrice des formes de vie et de sens. Les politiques du corps désignent justement cette subjectivité corporelle active et signifiante. Il s’agit donc d’interroger celles-ci non pas comme objets passifs soumis à l’investigation de l’intelligence (ou de l’esprit) d’un sujet transcendant, comme cela a été le cas dans les approches classiques, mais comme sujet qui exprime un réseau de relations et d’interactions où s’estompent les oppositions longuement consacrées entre le matériel et l’immatériel, l’apparence et l’essence, le visible et l’invisible, la nature et la culture, le biologique et le psychologique.

Continuer la lecture de CFP / Politiques du corps (Rabat, Maroc)