Archives par mot-clé : culture matérielle

JE : Circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public / 31 janvier 2018

Circulation des objets de la culture matérielle
des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure
du migrant dans l’espace public

Journée d’étude du programme MIGROBJETS

Les Salons, 2 rue de Lille 75007 Paris – Entrée Libre

coordination : Frosa Pejoska (PLIDAM) & Monique Selim (CESSMA)

PROGRAMME
Présidence de séance : Peter Stockinger (Inalco,PLIDAM)

10h00-10h25
Albin Wagener – CoDiRe /Université de Nantes
Smartphone et Migration : la collision des représentations
10h30-10h55
Frosa Pejoska – PLIDAM/Inalco
La singer yoyoisée.
La machine à coudre et le yo-yo, deux objets migrants
11h00- 11h25
Malek Al-Zaum – CERMOM/PLIDAM/Inalco
La barque : le cauchemar des migrants et des autorités
Discussion

Déjeuner

Présidence de séance : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)
14h00 – 14h25
Peter Stockinger – PLIDAM/Inalco
La visualisation du topos du migrant-envahisseur dans les
chaines vidéos sur la plateforme YouTube
14h30- 14h55
Christiane Vollaire – Philosophe (Non-lieux de l’exil)
Régimes d’image dans la représentation des objets
Pause-café
15h30 – 15h 55
Monique Selim et Guo Wenjing – anthropologues CESSMA,
Université Paris Diderot/Inalco /IRD
La souillure des migrants

Discussion
Clôture de la journée d’études

Continuer la lecture de JE : Circulation des objets de la culture matérielle des exilés dans les nouveaux médias et construction de la figure du migrant dans l’espace public / 31 janvier 2018

Migrants et smartphones: un objet de l’imaginaire social / Anh Ngoc HOANG

 Migrants et smartphones: un objet de l’imaginaire social

 Objet d’étude n°4

Anh Ngoc HOANG – Université Catholique de l’Ouest,  membre associé du GRIPIC (EA 1498), Paris IV 

Dans son clip de sensibilisation intitulé « Votre téléphone est désormais celui d’un réfugié », la chaine britannique BBC a proposé une mise en récit du parcours des réfugiés actuels en commençant par une question : « Si vous deviez fuir votre pays, quel serait le seul objet technologique que vous prendriez? ». Et la réponse affichée par la BBC est le visuel d’un smartphone. Notons que le clip mis en ligne sur Youtube et posté sur la page d’accueil de la section « BBC Media Action » en juillet 2016 accompagne un rapport de recherche intitulé « Voices of Refugees » dont l’objectif est de donner « un aperçu de ce que vivent les réfugiés, à travers leurs moyens de communication et d’information, lors des différentes étapes de leur voyage »[1].  Cette « voix » officielle d’une institution médiatique réputée sérieuse comme la BBC qui se donne la mission de faire entendre « les voix de réfugiés » d’aujourd’hui confirme et renforce un discours désormais dominant depuis ce qui est désigné comme la « crise de migrants » en Europe : le smartphone fait partie aujourd’hui des « essentiels du migrants du XXI ème  siècle »[2]

            Mon travail est parti d’une réflexion, c’est-à-dire d’une posture distanciée par rapport aux discours qui circulent à travers différents espaces socio-numériques portant sur cet objet technologique considéré comme «essentiel » pour les migrants d’aujourd’hui. Il s’agira donc pour moi d’analyser les images de smartphones de migrants telles qu’elles sont prises dans des dispositifs (Foucault, 1977) discursifs numériques faits de textes, d’images, de sons pour en saisir des mécanismes de construction et en mesurer des enjeux sociétaux.  

Continuer la lecture de Migrants et smartphones: un objet de l’imaginaire social / Anh Ngoc HOANG

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace / Alexandra Galitzine-Loumpet

Chaussures : corps, mobilité, territoire, trace.

Objet d’étude 3

 Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil)

En paire, en tas ou isolées,  neuves ou déformées, dans l’ensemble de leurs aspects fonctionnels, sexués ou climatiques, les chaussures comptent parmi les objets symboles du déplacement et, partant, de la migration et de l’exil. Elles disent le corps, tour à tour mobile et actif ou immobilisé et contraint, ses voies de passage et ses frontières, la gestuelle associée – c’est à dire ses techniques, au sens de Mauss – ; le territoire dans sa signification réelle ou métaphorique et dans son parcours ; l’habiter, de l’abri provisoire aux camps aux formes culturelles de l’hospitalité ;  le commun et la différence, de la reconnaissance d’un bien de consommation à l’altérisation par l’état, la forme et la relation au sujet; l’économie spécifique et les arts de faire des espaces de transit et de confinement, des collectes et dons humanitaires aux marchés informels et aux formes de conservation des exilés eux-mêmes ; la violence – symptomatiquement, la violence aux frontières s’est souvent accompagnée de la confiscation des chaussures –; l’inscription sociale et les valeurs d’un objet du commun ; le statut et les processus de désubjectivation / resubjectivation de l’être désigné comme « migrant » dans les régimes de représentation et de médiatisation, c’est-à-dire aussi la condition qui lui est faite. Elles disent aussi « la politique de la pitié » et les engagements militants, par les innombrables collectes organisées. Enfin, tour à tour présentées portées ou abandonnées, les chaussures signifient les temporalités, de la présence immédiate ou différée à la disparition du sujet, empreinte en creux, vestige ultime – au sens étymologique du terme vestige, « la trace du pied ». En ce sens, l’objet, comme le rappelle Bataille, a intimement à voir avec la mort.

A tous ces titres, et fréquemment dans des régimes entrecroisés de représentation, les chaussures sont omniprésentes dans les images de la migration et des êtres en déplacement, comme en atteste l’image de ce billet, et participent à sa construction publique. C’est précisément cette diversité des usages et des requalifications associées que cette recherche entend aborder en interrogeant les images de chaussure(s) et leurs différentes inscriptions sociales et politiques et jusqu’aux processus de patrimonialisation de l’expérience migratoire. Cette étude s’appuyera notamment sur les analyses de Jean Baudrillard (Le système des objets, 1968 ; Simulacre et simulations, 1981), Roland Barthes (Mythologies 1957 ; La chambre claire 1980), mais également sur la notion de « biographie culturelle des objets » développée par Igor Kopytoff (« The cultural biography of things : commoditization as process » dans Arjun Appadurai  (eds) The social life of things : commodities in Cultural Perspective Cambridge University Press, 1986). Fructueuse pour le renouvellement des études de la culture matérielle, l’analyse de Kopytoff s’élabore autour du corps de l’esclave et de sa valeur marchande, mettant en relation sujet et objet, et sera corrélée avec d’autres travaux de ce champ. La notion de visualité sera également employée, en ce qu’elle relie le visuel, le visible, les jugements de valeur associés et le politique, ouvrant dès lors à l’analyse des contextes socio-politiques d’émergence des représentations. Enfin, et dans une perspective anthropologique, cette recherche tirera évidemment profit des recherches sur les faits migratoires.

Objets dans la migration, objets en exil : statuts, usages, devenirs / 5 mai 2017, journée d’étude, U. de Nanterre

OBJETS DANS LA
MIGRATION, OBJETS EN EXIL :
STATUTS, USAGES, DEVENIRS.

5 mai 2017, 9h15-18h  Amphithéâtre Max Weber, Université de Paris Nanterre / 200 av. de la République (Bât. W.) entrée libre (plan d’accès en bas de page)

                                      Chiharu Shiota, Memory, Tous droits réservés ©

Coordination scientifique : Corinne Alexandre-Garner (CREE, CREA Université de Paris-Ouest Nanterre), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma,  Migrobjets/ Inalco, Non-lieux de l’exil)

Programme

9h Café d’accueil

MATINEE

9h15 : Ouverture –  Caroline Rolland Diamond (Directrice du Centre de Recherches Anglophones (CREA, EA 370) Ouverture de la journée d’étude

9h30 : Introduction générale – Corinne Alexandre-Garner (CEE/CREA) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, Non-lieux de l’exil & Migrobjets/ Inalco) –

9h45 : Michel Agier (EHESS)Réflexions liminaires sur ce qui reste des vies, des lieux et des objets en migration.

10h15 -Panel I Présidente de séance :  Geetha Ganapathy-Doré  (U. Paris 13)

10H30 : Karen Akoka (ISP / U. de Nanterre) – Deux certificats de réfugiés : carrière de « papiers »

11h : Anouche Kunth (Migrinter / CNRS) – Archive administrative et vies infimes : des intensités de papier

Continuer la lecture de Objets dans la migration, objets en exil : statuts, usages, devenirs / 5 mai 2017, journée d’étude, U. de Nanterre