Archives par mot-clé : images

Migration et communication : le smartphone comme nouvelle « boussole intime » / Albin Wagener

Migration et communication : le smartphone comme nouvelle « boussole intime »

Albin Wagener (CoDiRE, EA4643 – Université de Nantes)

               Le but de notre travail est de proposer une étude sémiotico-discursive à partir d’éléments picturaux issus du moteur de recherche Google, qui mettent en scène, à travers des photographies variées, des images de migrants munis de smartphones. Ces images donnent à voir une réalité connue des travailleurs sociaux qui accompagnent les migrants sur le terrain, à savoir l’utilisation massive de smartphones pour ces populations en transit, dans la mesure où ces dispositifs de communication leur permettent de garder contact avec leurs familles ou leurs proches, soit restés dans leur pays d’origine, soit eux-mêmes jetés sur d’autres routes, dans l’espoir d’un avenir meilleur. Le corpus, constitué d’un peu plus d’une trentaine d’image, peut déjà être divisé en trois catégories :

Continuer la lecture de Migration et communication : le smartphone comme nouvelle « boussole intime » / Albin Wagener

Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Vidéos de la journée d’étude

« L’objet de la migration: la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif« 

Journée d’étude du programme Migrobjets (Inalco) en partenariat avec les laboratoires PLIDAM et CREE (Inalco), le programme Non-lieux de l’exil, La Cimade et le Festival Migrant’scènes pour la performance Sicilia de Clyde Chabot

21 novembre 2016 (Inalco) 9h-20h, salons d’honneur et salle des plaques.  Pôle recherche : 2 rue de Lille 75007 Paris

Programme complet : ici

Continuer la lecture de Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Journée d’étude « L’objet de la migration » 21 novembre. Retour en images.

Quelques clichés de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif », qui s’est tenue dans les salons d’honneur et la salle des plaques, 2 rue de Lille.

Programme complet et présentation des intervenants ici:

 

Camps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 Paris

isccCamps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 

journées européennes ISCC

Présentation

Cette manifestation s’inscrit dans une réflexion initiée dès 2005 à l’université de Paris X-Nanterre, puis au CNRS, sur les problèmes d’information et de communication qui se posent dans des milieux désorganisés par des catastrophes : comment obtenir des savoirs urgents pour faire face à une situation non prévue et comment le faire dans un milieu dont l’organisation a été mise à mal de façon inattendue ?

La notion de milieu désorganisé, empruntée à la sociologie et à la psychopathologie, désigne un milieu dont les modes d’organisation familiaux, relationnels (Soubi, Rainan, Kohen) sont fortement détériorés. Dans le sens que nous lui donnons, un milieu désorganisé comprend des éléments physiques (sols), des artefacts (infrastructures, transports) et des êtres vivants (humains, animaux, germes, etc…). Sur le plan formel, un milieu désorganisé peut s’inscrire dans un cube virtuel se composant de trois strates : 1) une strate géologique, avec l’infrastructure du sol, où peuvent arriver des accidents (inondations, séismes, etc.) ; 2) une strate qui comprend les équipements, immeubles et leurs interactions ; 3) enfin une strate sociale et culturelle qui comporte la vie sociale et culturelle, la dimension sanitaire, les accidents ainsi que les problèmes à résoudre.

Le camp de réfugiés représente un milieu désorganisé spécifique : c’est un milieu « réorganisé » suivant des logiques propres, dans lequel l’espace et le temps sont bouleversés (oisiveté du temps de l’attente). Le camp présente trois caractéristiques constitutives définies par Michel Agier : l’extraterritorialité (le camp est un hors-lieu, souvent non identifié sur les cartes), l’exception (le camp est soumis à une autre loi que celle de l’État dans lequel il se trouve) et l’exclusion (le camp est la forme sensible d’une altérité)…. suite ici

A signaler, un intéressant programme, notamment avec la proposition suivante :

12h15 : En contrepoint de la communication par les médias, interroger le public de la rue par l’installation d’objets abandonnés par des migrants : Algeco, bateaux, gilets de sauvetage par Daniel PUROY, plasticien performeur.

Programme complet prog-29-30-sept-2016