Archives par mot-clé : Littérature

La machine à coudre et le yoyo:  la Singer yoyoïsée / Frosa Pejoska

La machine à coudre et le yoyo :  la Singer yoyoïsée

Objet d’étude 5

Frosa Pejoska (Plidam, Inalco)
 

Dans le titre « La Singer yoyoisée », nous avons deux objets migrants : la machine à coudre Singer et le yo-yo.

À l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, en 2007, Albert Pezzoni (1) fait don de la machine à coudre Singer de sa mère au musée tant elle lui semble indissociable de son histoire d’immigré. Sa mère, dit-il, la fit venir par train de sa Vénétie natale au début des années 1930 à Suresnes, là où la famille s’était établie. La machine à coudre, cet objet d’importation, devient un objet migrant au même titre que sa propriétaire. Objet vivant, puis objet de musée, il est l’objet de la mémoire d’une migration.

S’il est un objet que l’on retrouve dans la plupart des œuvres littéraires ou de témoignage d’immigrés, c’est bien la machine à coudre, et en particulier la Singer. Isaac Merrit Singer, fils d’émigrés originaires d’Allemagne, né à New York, « inventera » cette machine qui sera exportée, et produite, dans le monde entier. Il émigrera à son tour en Europe. Les premières machines fonctionnent avec une navette qui a la forme d’un bateau, d’où son nom « navette bateau », puis la forme évoluera et deviendra « navette obus » ou « navette sabot », pour finalement prendre un forme cylindrique qui ressemble fort au yo-yo. La machine à coudre comme le yo-yo utilise un fil/ficelle. De même le mouvement de l’aiguille de la machine dans laquelle est enchâssé le fil se déplace dans un mouvement continu de va-et-vient comme le yo-yo. Ces deux objets sont intrinsèquement liés à l’émigration. Dans leurs noms (et les différents noms donnés à la navette) est inscrite l’émigration, de même dans leur fonctionnement et dans leur usage.

Continuer la lecture de La machine à coudre et le yoyo:  la Singer yoyoïsée / Frosa Pejoska

Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Vidéos de la journée d’étude

« L’objet de la migration: la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif« 

Journée d’étude du programme Migrobjets (Inalco) en partenariat avec les laboratoires PLIDAM et CREE (Inalco), le programme Non-lieux de l’exil, La Cimade et le Festival Migrant’scènes pour la performance Sicilia de Clyde Chabot

21 novembre 2016 (Inalco) 9h-20h, salons d’honneur et salle des plaques.  Pôle recherche : 2 rue de Lille 75007 Paris

Programme complet : ici

Continuer la lecture de Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Journée d’étude « L’objet de la migration » 21 novembre. Retour en images.

Quelques clichés de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif », qui s’est tenue dans les salons d’honneur et la salle des plaques, 2 rue de Lille.

Programme complet et présentation des intervenants ici:

 

JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO

affiche-migrobjets21 novembre 2016 / 09h30-20h

Inalco pôle recherche 2, rue de Lille 75007 Paris Entrée libre

(M° Palais Royal, Saint Germain des Prés, rue du Bac/  Bus 24, 27, 39, 68, 69, 95 / R.E.R C – station Musée d’Orsay)

Argumentaire

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie, 1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Continuer la lecture de JE L’objet de la migration. La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 nov. 2016, INALCO