Archives par mot-clé : Medias

Minorities and Medias. 8-9 déc. 2016, Levallois Perret

germedias« Minorities and media » colloque international 

coordonné par Catherine GHOSN & Belgin BILGE, groupe e recherche GERmédias.

Programme complet : ici 

L’objectif du groupe de recherche GERmédias vise à étudier le lien qui existe entre les “minorités” et les médias traditionnels ou numériques. Il faut considérer le mot “minorités” dans une acception large car il revêt un sens différent selon le pays, le contexte social, politique ou encore culturel dans lequel il est utilisé. Il implique aussi plusieurs axes de déclinaison selon les minorités dont il est question : minorités ethniques, culturelles, linguistiques, religieuses, genrées…autant d’angles de recherche qui demandent à manier ce concept avec précaution sur le plan scientifique. Ce colloque est le prolongement du séminaire international organisé en juin 2015, lequel avait posé les jalons de notre recherche en groupe. Il offre l’occasion d’analyser plus profondément trois axes : «Minorités et interculturalité», «Rituels, médias et minorités religieuses», et «Minorités et médias».

SC Business School

8/10 rue Victor Hugo, 92300 Levallois-Perret

Bâtiment ISC2Transports : Transilien L – Clichy-Levallois

Bus 53/341 – Alsace / Bus 94 – Reims/Hotel des impôts

Camps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 Paris

isccCamps de réfugiés et enjeux de communication. 29-30 septembre 2016 

journées européennes ISCC

Présentation

Cette manifestation s’inscrit dans une réflexion initiée dès 2005 à l’université de Paris X-Nanterre, puis au CNRS, sur les problèmes d’information et de communication qui se posent dans des milieux désorganisés par des catastrophes : comment obtenir des savoirs urgents pour faire face à une situation non prévue et comment le faire dans un milieu dont l’organisation a été mise à mal de façon inattendue ?

La notion de milieu désorganisé, empruntée à la sociologie et à la psychopathologie, désigne un milieu dont les modes d’organisation familiaux, relationnels (Soubi, Rainan, Kohen) sont fortement détériorés. Dans le sens que nous lui donnons, un milieu désorganisé comprend des éléments physiques (sols), des artefacts (infrastructures, transports) et des êtres vivants (humains, animaux, germes, etc…). Sur le plan formel, un milieu désorganisé peut s’inscrire dans un cube virtuel se composant de trois strates : 1) une strate géologique, avec l’infrastructure du sol, où peuvent arriver des accidents (inondations, séismes, etc.) ; 2) une strate qui comprend les équipements, immeubles et leurs interactions ; 3) enfin une strate sociale et culturelle qui comporte la vie sociale et culturelle, la dimension sanitaire, les accidents ainsi que les problèmes à résoudre.

Le camp de réfugiés représente un milieu désorganisé spécifique : c’est un milieu « réorganisé » suivant des logiques propres, dans lequel l’espace et le temps sont bouleversés (oisiveté du temps de l’attente). Le camp présente trois caractéristiques constitutives définies par Michel Agier : l’extraterritorialité (le camp est un hors-lieu, souvent non identifié sur les cartes), l’exception (le camp est soumis à une autre loi que celle de l’État dans lequel il se trouve) et l’exclusion (le camp est la forme sensible d’une altérité)…. suite ici

A signaler, un intéressant programme, notamment avec la proposition suivante :

12h15 : En contrepoint de la communication par les médias, interroger le public de la rue par l’installation d’objets abandonnés par des migrants : Algeco, bateaux, gilets de sauvetage par Daniel PUROY, plasticien performeur.

Programme complet prog-29-30-sept-2016

CFP / Ethnologie versus média : la question des migrations. AFEA 11 octobre / Fondation Mayer (Paris)

Ethnologie versus média : la question des migrations.

Appel à communications pour la journée d’étude de l’AFEA (Association française d’Ethnologie et d’Anthropologie)

Pour la deuxième édition des journées anthropologiques de l’AFEA, la thématique retenue traite de la question des migrations et de la manière dont les chercheurs de notre discipline se saisissent de l’actualité.

Deux axes d’étude seront considérés au cours de la journée :
-  les politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique ; 
-  les enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias.

Cette journée d’étude sera couplée avec un forum des associations. Les associations intéressées par ce forum doivent prendre contact avec les organisateurs avant le 20 septembre 2016. L’AFEA mettra à leur disposition un stand où leurs membres pourront présenter les travaux menés par l’association ainsi que ses publications. Deux tables rondes seront proposées pour les associations.

Argumentaire : 
Axe 1 : Politique(s) de la représentation dans le champ des migrations : pour un débat critique (dirigé par Clara Lecadet – IIAC-LAUM, EHESS)
Cet axe vise à ouvrir un débat critique sur les politiques de la représentation à l’œuvre dans le champ des migrations. La décision d’Al-Jazeera en août 2015 de ne plus employer le terme de migrant et la mise en cause de la responsabilité des medias dans le traitement politique des réfugiés ont ouvert un débat nourri par des journalistes et des chercheurs, qui questionnent les concepts, les catégories, les représentations conditionnant les discours politiques et médiatiques sur les migrations (Canut, 2016) . Si les medias sont volontiers accusés d’en donner un exposé réducteur voire de participer à la montée des populismes en présentant ces arrivées de réfugiés comme une menace, les chercheurs sont-ils immunisés contre le temps court de l’actualité ou contre l’appropriation des catégories institutionnelles ?
L’ampleur du traitement médiatique dont les migrations ont fait l’objet depuis le naufrage du 19 avril 2015 en Méditerranée jusqu’à ce qui a été présenté comme la « crise des réfugiés », doit, plutôt que de prolonger la mise en scène d’un antagonisme stérile entre la sphère médiatique et académique, interroger le processus de fabrication d’objets qu’il est ensuite très difficile de critiquer et de déconstruire . La critique des ressorts de la représentation des phénomènes migratoires dans les medias, doit ainsi s’accompagner d’une critique des présupposés et des impensés de la recherche.
Le nationalisme méthodologique, les choix narratifs, le lexique utilisé ont un impact déterminant sur les représentations qui émanent des phénomènes étudiés. Il convient par conséquent d’amorcer une réflexion sur le sens et les usages d’une politique de la représentation nécessitant une déconstruction critique des catégories qui fondent aussi bien théoriquement qu’empiriquement les espaces et les champs de la recherche

Axe 2 : Enjeux de restitutions des recherches sur les migrations : la question des médias (dirigé par Delphine Leroy – MCF, EXPERICE, Université Paris 8)
L’actualité par son motif d’immédiateté et d’urgence ne cesse de produire du sens et de contribuer à l’élaboration d’imaginaires collectifs sur les faits de société. La question migratoire est centrale pour nos sociétés contemporaines. Quelles légitimités, quelles responsabilités le chercheur au long cours qu’est l’ethnologue, endosse‐t‐il lorsqu’il choisit de se taire ou au contraire d’alimenter la scène publique ? Comment expliciter et apporter en amont une compréhension large des données sur la question des migrations ?
Si le chercheur est parfois sollicité pour commenter un événement particulier « à chaud » en qualité « d’expert », beaucoup plus rarement il est invité à exposer – médiatiser – ses travaux (dans le sens de rendre visible, comme moyen de faire connaître ou apparaître une réalité qu’il a observée). L’invisibilité contribuant, au contraire, au maintien des situations de dominations et de catégorisation des personnes. Pourtant depuis longtemps, certains anthropologues , ont destiné leurs travaux à un vaste public en hybridant leurs formes de restitutions avec la littérature ou les arts visuels ; d’autres se sont appuyés sur des expositions artistiques pour problématiser et articuler ces questions .
De quels usages médiatiques aujourd’hui les anthropologues peuvent‐ils se saisir, pour rendre compte, au plus grand nombre, de la complexité des situations de migrations en soulignant notamment,
‐ la durée de la relation ethnographique
‐ les parcours biographiques
‐ la place, le statut des personnes interrogées dans la construction et la diffusion de la recherche ?
Des réflexions sur les modes pluriels de restitution et le rôle de l’anthropologue, permettant à un large public d’accéder à ses données seront encouragées.

Calendrier et consignes :
Les propositions (titre des communications, axe choisi ainsi que les résumés 10 lignes maximum) sont à envoyer aux adresses suivantes : asso.afea@gmail.com, burguet.delphine@gmail.com et chloe.rosati@gmail.com et sont attendues avant le 10 septembre 2016. Malgré un délai court, nous encourageons les personnes intéressées à nous envoyer une proposition de quelques lignes. Les réponses seront communiquées mi-septembre.

Les intervenants sont invités à adhérer à l’AFEA pour que ces journées soient pérennisées.